Accueil International Une reine de beauté du Myanmar au franc-parler obtient l’asile au Canada

Une reine de beauté du Myanmar au franc-parler obtient l’asile au Canada

71
0

Thaw Nandar Aung, 23 ans, qui s’est élevée contre le coup d’État militaire dans son pays, « est arrivée saine et sauve à Toronto », a déclaré Tin Maung Htoo du Burmese Canadian Action Network.

Aung s’est vu refuser la réadmission dans le pays après une brève sortie et a passé des jours à l’aéroport de Bangkok, plaidant sur les médias sociaux pour ne pas être renvoyé chez lui.
(Archives Reuters)

Une reine de beauté du Myanmar qui s’est élevée contre le coup d’État militaire dans son pays a atterri au Canada, où elle a obtenu l’asile après avoir été bloquée dans un aéroport de Thaïlande pendant près d’une semaine.

Thaw Nandar Aung, 23 ans, plus connue sous son pseudonyme professionnel Han Lay, « est arrivée saine et sauve à Toronto », a déclaré mercredi à l’agence de presse AFP Tin Maung Htoo, du Réseau d’action birman canadien.

« Elle attend maintenant un vol (de correspondance) pour Charlottetown », dans l’est du Canada, où elle compte s’installer et poursuivre son activisme contre le coup d’État qui a évincé le gouvernement civil du Myanmar dirigé par Aung San Suu Kyi, a-t-il précisé.

Tin Maung Htoo a également confirmé que sa demande d’asile politique au Canada avait été acceptée.

Les services d’immigration thaïlandais lui ont refusé l’entrée sur le territoire la semaine dernière, après une brève visite au Vietnam, au motif qu’elle utilisait des documents de voyage non valables.

Dans un message publié sur sa page Facebook vérifiée, Han Lay a déclaré qu’elle craignait que la police du Myanmar ne vienne la chercher à l’aéroport et a contacté l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

LIRE PLUS : Un mannequin birman au franc-parler est retenu par les services d’immigration thaïlandais et craint d’être rapatrié.

Les passeports comme armes

Phil Robertson, de Human Rights Watch, a accusé les dirigeants du Myanmar d’utiliser les passeports « comme une arme contre leur propre peuple » et d’avoir tendu « un piège pour tenter de forcer Han Lay à retourner au Myanmar, où elle aurait été immédiatement arrêtée, probablement victime de mauvais traitements en détention et emprisonnée ».

Il a qualifié cet acte « d’acte politique délibéré de la junte visant à la rendre apatride ».

Han Lay a fait les gros titres en mars 2021 lorsqu’elle a exhorté le monde à « sauver » le peuple du Myanmar des militaires, qui avaient pris le pouvoir un mois plus tôt.

Alors qu’elle se trouvait à Bangkok pour participer au concours Miss Grand International, l’ancienne étudiante en psychologie s’est exprimée contre le coup d’État.

« Je veux dire d’ici au monde entier : s’il vous plaît, soutenez le peuple du Myanmar », a-t-elle déclaré à l’agence de presse thaïlandaise Khaosod English.

« Tant de gens meurent au Myanmar par les armes des militaires…. S’il vous plaît, sauvez-nous. »

LIRE PLUS :
Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne les exécutions au Myanmar dans un consensus rare

Des milliers de personnes en prison

Le Myanmar est en proie au chaos depuis le coup d’État, la junte luttant pour réprimer la résistance à son régime.

La junte a pris le pouvoir en février 2021 contre le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi et a sévèrement réprimé l’opposition généralisée à son régime.

Des critiques, notamment des acteurs et d’autres célébrités, ont été arrêtés sur la base d’accusations assorties de peines allant de trois ans d’emprisonnement à la mort.

Plus de 15 000 personnes ont été arrêtées au cours de la répression et plus de 2 300 civils sont morts, selon un groupe de surveillance local.

LIRE PLUS :
Un tribunal du Myanmar condamne un journaliste à trois ans de prison

Source : fr.palestinaliberation.com et agences