Accueil Santé & Bien-être Une enquête britannique révèle l’attitude du public à l’égard des informations sanitaires...

Une enquête britannique révèle l’attitude du public à l’égard des informations sanitaires circulant lors de l’épidémie de variole du singe de 2022

93
0

Dans une étude récente publiée sur le site medRxiv* Les chercheurs ont étudié la compréhension et l’acceptation des messages de santé publique concernant le virus de la variole du singe (MPXV) au Royaume-Uni (UK).

Étude : Compréhension, sensibilisation et réponse du public à l'épidémie du virus de la variole du singe : Une enquête transversale auprès des communautés les plus touchées au Royaume-Uni pendant l'urgence de santé publique de 2022. Crédit image : Marina Demidiuk/Shutterstock
Étude : Compréhension, sensibilisation et réponse du public à l’épidémie de virus du monkeypox : Une enquête transversale auprès des communautés les plus touchées au Royaume-Uni pendant l’urgence de santé publique de 2022. Crédit image : Marina Demidiuk/Shutterstock

Contexte

Lors des précédentes pandémies virales déclenchées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et le coronavirus 2019 (COVID-19), on a constaté un manque de sensibilisation des personnes marginalisées, ce qui a limité les soins. En outre, la désinformation s’est largement répandue, ce qui a entraîné des retards dans le diagnostic, le traitement et l’utilisation des vaccins, aggravant ainsi les inégalités en matière de santé. Par conséquent, les programmes de santé publique devaient répondre aux besoins des communautés les plus touchées pendant l’urgence de santé publique liée au MPXV humain de 2022, date à laquelle les autorités ont documenté le premier cas de MPXV au Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique et les National Health Services (NHS) ont publié toutes les informations nécessaires sur leurs sites Internet officiels, www.UK.gov et www.NHS.gov. Ils ont abordé les facteurs de risque de transmission du MPXV, les mesures d’auto-isolement, les cliniques de référence pour le diagnostic et les informations relatives aux vaccins. Ils ont également précisé que les gays, les bisexuels et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (GBMSM) sexuellement actifs étaient les plus exposés au risque de contracter le MPXV.

L’expérience des précédentes épidémies de MPXV a montré que la sensibilisation des communautés touchées par l’utilisation des canaux en ligne pouvait renforcer le soutien et l’adoption des mesures d’intervention, à condition que la question des obstacles structurels soit abordée. Les données relatives à l’épidémie actuelle de MPXV commencent seulement à apparaître. Cependant, il est urgent de mener des études sur le succès des interventions de santé publique en recueillant des informations sur les perspectives des communautés les plus touchées par les informations de santé publique en circulation.

A propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné dans quelle mesure les messages de santé publique sur le MPXV ont été reçus et compris par les différentes communautés du Royaume-Uni les plus touchées par l’épidémie mondiale de MPXV.

À cette fin, ils ont produit une enquête communautaire comprenant 25 questions relatives à l’auto-évaluation du risque de MPXV, à la sensibilisation, à la compréhension et à l’acceptation des informations de santé publique. En outre, ce questionnaire a permis d’explorer si ces communautés comprenaient les origines du MPXV, s’engageaient dans les pratiques de soins, les règles d’isolement, et acceptaient les vaccins ; en outre, leur opinion sur les messages médiatiques concernant le MPXV au Royaume-Uni. L’enquête a été coproduite par la collaboration SHARE de l’Université Queen Mary de Londres (QMUL), le Love Tank CIC et le Sophia Forum. Ces derniers sont deux organisations communautaires qui soutiennent principalement les GBMSM, les hommes issus de minorités et les hommes et femmes migrants vivant avec ou risquant de contracter le VIH.

Lire aussi :  Une étude élucide les risques d'importation et la propagation disproportionnée des variantes préoccupantes du SRAS-CoV-2 aux Pays-Bas

Les chercheurs ont administré cette enquête transversale en ligne entre le 15 juin et le 27 juillet 2022, avec l’aide de l’application de rencontre gay Grindr, qui a également fourni un lien de diffusion de cette enquête à ses abonnés britanniques en juillet 2022. Ils ont utilisé une plateforme d’enquête conforme au règlement général sur la protection des données (RGPD) – SMART survey.

L’enquête contenait des informations sur la manière d’obtenir un soutien lors du diagnostic du MPXV. Sa page d’ouverture détaillait l’objectif de l’étude, la conservation et l’utilisation des données de l’étude. Si une personne interrogée cliquait sur « continuer » et commençait l’enquête, cela impliquait qu’elle donnait son consentement, même si elle pouvait arrêter de remplir le questionnaire à tout moment. L’équipe de recherche de QMUL a terminé l’analyse des données et les autres auteurs ont fait part de leurs commentaires sur les résultats.

Résultats de l’étude

Les résultats de l’étude ont révélé que les GBMSM étaient la communauté la plus touchée par l’épidémie de MPXV de 2022. Cependant, les chercheurs ont également observé plusieurs lacunes dans les réponses de santé publique dans la phase initiale de l’épidémie de MPXV au Royaume-Uni, en particulier chez les personnes confrontées à des obstacles sociaux et structurels aux soins. Par la suite, les femmes touchées ont fait davantage confiance aux professionnels de la santé (PSS) et moins aux sites Web gouvernementaux. À l’inverse, les groupes d’origine blanche faisaient davantage confiance aux sites gouvernementaux que les personnes d’autres ethnies.

Bien que la plupart des personnes interrogées dans le cadre de l’étude aient un niveau d’éducation élevé et aient une bonne compréhension et conscience du MPXV, les auteurs ont observé que le manque d’éducation supérieure et le chômage étaient associés à une mauvaise auto-évaluation du risque de MPXV et à une incompréhension des messages de santé publique. L’étude a également identifié, comme une enquête américaine, qu’environ 40% des répondants qui n’ont pas répondu croyaient aux origines zoonotiques du MPXV, ce qui, à son tour, suggère une confusion, un manque d’information et la circulation potentielle de théories de conspiration sur les causes du MPXV. Seuls 49,5 % des répondants à l’enquête ont compris ou accepté les conseils donnés par les sites Web du ministère de la Santé et des Soins sociaux, du NHS et de l’Agence britannique de la santé et de la sécurité (UKHSA) concernant les cliniques de santé sexuelle auxquelles les membres du public peuvent s’adresser en cas de symptômes du MPXV.

Lire aussi :  Un nouveau microdispositif pourrait changer la donne pour des milliers de personnes souffrant d'infertilité.

Dans cette étude, les répondants issus de groupes d’origine noire étaient moins susceptibles d’accepter les vaccins que leurs homologues blancs. Les répondants de différents groupes d’origine hésitaient également à se rendre dans les cliniques, en particulier pour les questions de santé sexuelle et de vaccination. Les personnes qui ne pouvaient pas se permettre de répondre aux besoins de base étaient également moins susceptibles d’accepter les vaccins. Malgré un taux élevé de prise de vaccin chez la majorité des répondants à l’enquête, dans le cas présent, malheureusement, les hommes, ceux d’ethnie blanche et les hommes employés ayant des rapports sexuels avec des hommes ayant fait des études universitaires n’ont pas bien compris les informations de santé publique et n’ont pas accepté les conseils. Les autorités de santé publique devraient donc trouver des moyens novateurs d’atteindre les gens pour atténuer les obstacles structurels persistants, par exemple en organisant des événements de vaccination dans des endroits comme la Black Pride à Londres.

Bien que les répondants soient d’accord pour dire que les personnes devraient s’isoler pendant 21 jours si elles contractent le MPXV, leur capacité, leur niveau d’éducation et le chômage ont eu un effet négatif sur leurs intentions et leur volonté de s’isoler. Il se pourrait également que les expériences liées à l’isolement lors de la récente pandémie de COVID-19 aient eu un impact sur leurs perspectives lors de l’épidémie de MPXV. L’étude a également soulevé des préoccupations importantes concernant la couverture médiatique qui n’atteint pas les groupes les plus touchés.

Conclusions

Il est nécessaire d’améliorer la sensibilisation et l’accès inclusif à la recherche d’aide appropriée pendant les épidémies de maladies infectieuses. Cependant, les autorités devront s’assurer que les personnes infectées par le MPXV ne se rendent pas dans les centres d’urgence et de soins primaires, car cela pourrait poser des problèmes pour la réponse en cours, étant donné les problèmes de contrôle des infections que la fréquentation de ces centres entraînerait.

Dans le cadre de cette nouvelle urgence, les facteurs sociaux contribuant aux disparités en matière de santé au Royaume-Uni vont probablement s’accentuer. Dans ce scénario, il serait crucial de faire participer les membres défavorisés des communautés touchées à la réponse de santé publique. En outre, les recherches futures devraient accroître la sensibilisation, la perception des risques et l’acceptabilité des vaccins dans des populations plus diverses et plus sensibles.

*Avis important

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et qui, par conséquent, ne doivent pas être considérés comme concluants, ni guider la pratique clinique/le comportement en matière de santé, ni être traités comme des informations établies.

Article précédentFord annonce un bénéfice net meilleur que prévu au deuxième trimestre.
Article suivantTürkiye : Le renforcement de la confiance entre la Russie et l’Ukraine se déroule bien
Apasionado del running, vegano a los 25 años y comercial de la ropa, me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en noviembre de 2021