Accueil International Une année désastreuse : Les glaciers suisses fondent à un rythme record

Une année désastreuse : Les glaciers suisses fondent à un rythme record

55
0

Les glaciers suisses ont établi un triste record en 2022, avec la fonte de trois kilomètres cubes de glace, soit trois billions de litres d’eau.

La chaleur continue entre mai et début septembre a donc ravagé la glace glaciaire.
(AFP)

Les glaciers suisses ont perdu six pour cent de leur volume total cette année en raison d’un hiver sec et de canicules estivales répétées, pulvérisant les précédents records de fonte de glace, selon un rapport.

L’étude de la Commission cryosphérique (CC) de l’Académie suisse des sciences a révélé mercredi l’ampleur considérable du recul des glaciers, qui ne peut que s’aggraver.

« 2022 a été une année désastreuse pour les glaciers suisses : tous les records de fonte de glace ont été battus », a déclaré la CC, ajoutant qu’une perte de 2 % en 12 mois était auparavant considérée comme « extrême ».

Trois kilomètres cubes de glace – trois trillions de litres d’eau – ont fondu, indique le rapport.

« Il n’est pas possible de ralentir la fonte à court terme », a déclaré le professeur de glaciologie Matthias Huss, responsable du Suivi des glaciers en Suisse, qui documente les changements à long terme des glaciers dans les Alpes et est coordonné par le CC.

Si les émissions de dioxyde de carbone sont réduites et le climat protégé, « cela pourrait sauver environ un tiers des volumes totaux en Suisse dans le meilleur des cas », a-t-il déclaré à l’agence de presse AFP.

Sinon, le pays « perdra presque tout à la fin du siècle ».

LIRE PLUS : Des manifestations mondiales font pression pour le paiement des dommages climatiques avant la COP27 en Égypte.

Effet de la poussière du Sahara

Au début de l’année, la couverture neigeuse dans les Alpes était exceptionnellement faible, puis un grand volume de poussière de sable a soufflé du désert du Sahara entre mars et mai, se déposant à la surface.

La neige contaminée a absorbé plus de chaleur et a fondu plus rapidement, privant les glaciers de leur couche de neige protectrice au début de l’été européen.

La chaleur continue entre mai et début septembre a donc ravagé la glace glaciaire.

À la mi-septembre, la couche de glace autrefois épaisse qui recouvrait le col entre les glaciers du Scex Rouge et du Tsanfleuron avait complètement fondu, exposant la roche nue qui était gelée depuis au moins l’époque romaine.

Au début du mois de juillet, l’effondrement d’une partie du glacier de la Marmolada, le plus grand des Alpes italiennes, a tué 11 personnes et souligné la gravité de la situation.

Selon un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié en février, la fonte de la glace et de la neige est l’une des dix principales menaces liées au changement climatique.

« La perte a été particulièrement dramatique pour les petits glaciers », indique le CC.

Les glaciers Pizol, Vadret dal Corvatsch et Schwarzbachfirn « ont pratiquement disparu – les mesures ont été interrompues », a déclaré la commission.

Dans les régions de l’Engadine et du Valais méridional, toutes deux situées au sud, « une couche de glace de quatre à six mètres d’épaisseur à 3 000 mètres d’altitude a disparu », indique le rapport.

Des pertes significatives ont été enregistrées même aux points de mesure les plus élevés, notamment au Jungfraujoch, qui culmine à près de 3 500 mètres.

« Les observations montrent que de nombreuses langues glaciaires se désintègrent et que des plaques de roches sortent de la glace mince au milieu des glaciers. Ces processus accélèrent encore le déclin », indique le rapport.

« La tendance révèle également l’importance des glaciers pour l’approvisionnement en eau et en énergie pendant les années chaudes et sèches », souligne le rapport – un élément à prendre en considération étant donné que l’hydroélectricité fournit plus de 60 % de la production totale d’énergie de la Suisse.

LIRE PLUS : L’écoblanchiment par les entreprises de combustibles fossiles « endémique » sur les médias sociaux

Source : AFP