Accueil International Un homme ouvre le feu dans un centre de mobilisation russe, un...

Un homme ouvre le feu dans un centre de mobilisation russe, un recruteur est blessé

56
0

Les critiques ont accusé les autorités de concentrer les efforts de mobilisation dans des régions reculées de la – comme la Sibérie et le Caucase du Nord – afin d’éviter de susciter l’opposition dans les grands centres urbains et notamment à Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé une mobilisation partielle des réservistes alors que les forces de Moscou font face à des revers dans le conflit qui dure depuis sept mois en Ukraine.
(Reuters)

Un homme a ouvert le feu et blessé un agent de recrutement dans un centre d’enrôlement en Sibérie, a déclaré le gouverneur local, alors que la tension monte autour de la mobilisation militaire de la Russie pour le conflit en Ukraine.

L’incident s’est produit lundi dans la ville d’Ust-Ilimsk à Irkutsk, une région vaste et peu peuplée du sud-est de la Sibérie.

« A Ust-Ilimsk, un jeune homme a tiré sur le bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire », a déclaré le gouverneur d’Irkoutsk Igor Kobzev dans un message sur Telegram.

Lire aussi :  Biden met en garde contre l'impact de Trump sur les États américains

Kobzev a déclaré qu’un commissaire militaire avait été blessé dans la fusillade et se trouvait dans un état critique.

Le tireur a été immédiatement arrêté, a-t-il dit, et « sera certainement puni ! »

« J’ai honte que cela se produise à un moment où, au contraire, nous devrions être unis. Nous ne devons pas nous battre les uns contre les autres mais contre des menaces réelles », a déclaré M. Kobzev.

« J’ai donné des instructions pour renforcer les mesures de sécurité. Je demande à tout le monde de rester calme », a-t-il dit.

LIRE PLUS : Le président russe Lavrov accuse l’Occident de  » russophobie grotesque  » dans un discours enflammé à l’ONU.

Mobilisation partielle

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi une mobilisation partielle des réservistes, alors que les forces de Moscou sont confrontées à des revers dans le conflit qui dure depuis sept mois en Ukraine.

L’annonce a déclenché la panique et des manifestations, et des centaines de personnes ont été arrêtées dans tout le pays.

Lire aussi :  La médiation de la Türkiye dans les Balkans est-elle sur les cartes après le succès de l'accord sur les céréales ?

Les critiques ont accusé les autorités de concentrer les efforts de mobilisation dans les régions reculées du pays, comme la Sibérie et le Caucase du Nord, afin d’éviter de susciter l’opposition dans les grands centres urbains et notamment à Moscou.

Pendant ce temps, les premiers lots de troupes russes mobilisées par Moscou ont commencé à arriver dans les bases militaires, a déclaré l’armée britannique lundi.

Dans une note d’information en ligne, le ministère britannique de la Défense a déclaré que « plusieurs dizaines de milliers » de soldats avaient été appelés. Cependant, les Russes sont confrontés à des défis à venir.

« Contrairement à la plupart des armées occidentales, l’armée russe dispense une formation initiale de bas niveau aux soldats au sein de leurs unités opérationnelles désignées, plutôt que dans des établissements de formation dédiés », ont déclaré les Britanniques.

Dans des circonstances normales, deux bataillons sont déployés tandis qu’un troisième reste sur place pour s’entraîner. Mais dans le conflit ukrainien, même le troisième bataillon est déployé, ce qui affaiblit cette formation, selon les Britanniques.

LIRE PLUS : Biden promet des coûts « sévères » si la Russie annexe des régions d’Ukraine

Source : fr.palestinaliberation.com et agences

Article précédentLes outils et l’éducation peuvent réduire la consommation de boissons sucrées chez les familles latinos à faible revenu
Article suivantDes centaines d’arrestations dans le cadre de la répression en Iran, alors que les manifestations meurtrières se poursuivent.
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.