septembre 19, 2021

Covid-19 : le mouvement contre le pass sanitaire s’inscrit-il dans la continuité de celui des « gilets jaunes » ?

2 min read

Franceinfo a interrogé des spécialistes du sujet, ainsi que des figures historiques du mouvement des « gilets jaunes », alors que se profile le sixième samedi de manifestations contre le pass sanitaire.

Macron démission ! », « On est là, on est là ! Même si Macron le veut pas, nous on est là ! » Pour la sixième semaine consécutive, les opposants au pass sanitaire vont défiler, samedi 21 août, dans les rues des grandes villes de France pour scander leur attachement à la « liberté » de pouvoir se rendre dans des lieux à risque de contamination sans devoir justifier d’une vaccination ou d’un dépistage négatif récent au Covid-19. Et pour la sixième semaine, des slogans nés lors du mouvement des « gilets jaunes » vont résonner.

Sans qu’ils soient forcément majoritaires dans les cortèges, certains opposants au pass ont profité de l’occasion pour enfiler à nouveau leur gilet fluo, qui avait été remisé au placard depuis le début de l’année et la fin des manifestations contre la loi Sécurité globale. Profil des participants, méthodes d’organisation, rapport à la récupération politique… Entre le mouvement contre la politique sanitaire du gouvernement et celui des « gilets jaunes », les points communs sont aussi nombreux que les différences.

Contactés par franceinfo, trois figures ayant émergé lors du mouvement des « gilets jaunes » déclarent s’investir intensément dans le mouvement contre le pass sanitaire. A la tête d’une page Facebook de plus de 157 000 abonnés, Maxime Nicolle dit « Fly Rider » raconte avoir participé à des manifestations cet été pour montrer son opposition à une société « où on trie les individus pour des raisons de santé ».

Formée à l’aromathérapie et initiatrice d’une pétition pour « une baisse des prix du carburant à la pompe » qui avait récolté près de 1,3 million de signatures au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », Priscillia Ludosky estime de son côté que l’exécutif n’a pas suffisamment exploré la piste de « protocoles peu coûteux et peu dangereux pour améliorer l’immunité, comme la vitamine D [dont l’Inserm estime qu’il n’est pas encore établi qu’elle ait un effet protecteur contre le Covid-19] ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *