Accueil Sports Rossi, PDG d’Alpine F1, est « fier » de la signature de Szafnauer

Rossi, PDG d’Alpine F1, est « fier » de la signature de Szafnauer

60
0

Bien que Szafnauer ait traversĂ© des semaines difficiles, après s’ĂŞtre retrouvĂ© au centre du marchĂ© des pilotes de la F1, alors qu’Alpine a perdu Fernando Alonso au profit d’Aston Martin et Oscar Piastri au profit de McLaren, Rossi n’a que des Ă©loges Ă  son Ă©gard.

Rossi dit que malgrĂ© ce qui s’est passĂ© sur le front des pilotes, avec l’Ă©quipe toujours contrariĂ©e par le manque de loyautĂ© de Piastri, il est convaincu que Szafnauer est Ă  la hauteur pour aider Alpine Ă  amĂ©liorer sa compĂ©titivitĂ© depuis qu’il a pris les rĂŞnes en mars.

Et alors que certains ont suggĂ©rĂ© qu’il y a une structure de gestion floue chez Alpine, ce qui n’aide pas les choses, Rossi dit que les choses sont absolument claires en interne maintenant que les choses se sont stabilisĂ©es dans l’Ă©quipe.

« Otmar est le patron, et cela a toujours été le cas depuis son arrivée », a expliqué Rossi.

« Nous avons eu un peu de pĂ©riode de transition pour que je passe le relais sur quelques sujets, mais Otmar est, au passage, l’une des embauches dont je suis le plus fier.

« Il a livrĂ© tous les jours depuis son arrivĂ©e et c’est le patron. Sur des sujets comme [drivers] nous restons proches, donc nous Ă©tions au courant de tous les dĂ©veloppements.

« Nous nous mettions parfois d’accord sur les maximums, les limites, les frontières, parce que, bien sĂ»r, nous devons ĂŞtre alignĂ©s, et j’ai besoin de savoir… ». [what is happening]. Mais il n’y avait pas de rĂ©elle dĂ©connexion entre nous ».

Lire aussi :  Quand a lieu le Grand Prix de Formule 1 de Las Vegas ? Date, informations sur le circuit et plus encore

Si Rossi n’a pas Ă©tĂ© aussi prĂ©sent sur la scène publique cette annĂ©e qu’auparavant, il affirme que c’est une consĂ©quence de son choix de placer Szafnauer comme patron de l’Ă©quipe.

Auparavant, l’Ă©quipe avait une structure de gestion avec trois chefs – Rossi, l’ancien directeur exĂ©cutif Marcin Budkowski et le directeur de course Davide Brivio.

Otmar Szafnauer, Directeur d'Ă©quipe, Alpine F1

Otmar Szafnauer, Directeur d’Ă©quipe, Alpine F1

Photo par : Carl Bingham / Motorsport Images

Au cours de l’hiver, Budkowski a quittĂ© l’Ă©quipe et Brivio a pris un nouveau rĂ´le, celui de superviser les jeunes pilotes et d’autres projets de compĂ©tition pour Alpine.

Avec Szafnauer en place, Rossi dit qu’il a toujours eu l’intention de prendre du recul – et qu’il veut s’impliquer encore moins en F1 Ă  partir de maintenant.

« L’annĂ©e dernière, j’Ă©tais très impliquĂ© dans l’Ă©quipe, principalement parce qu’il n’y avait pas de directeur d’Ă©quipe », a-t-il dĂ©clarĂ©.

« Il Ă©tait nĂ©cessaire que la direction soit prĂ©sente, et j’avais besoin de comprendre le fonctionnement de l’Ă©quipe avant de faire les changements que je veux faire, ce que j’ai fait.

« Je crois qu’ils fonctionnent : et sur la piste nous livrons, ce qui est le plus important d’ailleurs dans le sport. Alors, je dois prendre de la distance.

« Cette annĂ©e, par exemple, dans la première moitiĂ© de la saison, j’Ă©tais ici en gros deux grands prix sur trois, ce qui est dĂ©jĂ  trop. Je vais ĂŞtre ici un GP sur deux d’ici la fin de l’annĂ©e, peut-ĂŞtre mĂŞme moins. Et c’est normal.

Lire aussi :  Les 10 meilleurs pilotes de l'histoire de la Formule 1 : Hamilton, Schumacher et plus

« J’ai 17 rapports Ă  faire, dont un pour la F1. Je dois construire des voitures, je dois dĂ©velopper le rĂ©seau de concessionnaires. Je dois penser aux stratĂ©gies de mise sur le marchĂ©, au marketing et Ă  la construction de la marque. Les 16 autres rapports sont tout aussi importants que celui sur la F1, peut-ĂŞtre mĂŞme plus, parce qu’elle va la financer Ă  un moment donnĂ©. Il est donc tout Ă  fait normal que je disparaisse un peu.

« De la mĂŞme manière que Luca [de Meo, Renault CEO] n’est pas tout le temps sur mon dos parce qu’il connaĂ®t toutes les dĂ©cisions très importantes, je ne prends jamais une dĂ©cision critique sans qu’il n’intervienne, ou au moins qu’il l’approuve ou qu’il donne son avis.

« Otmar et moi travaillons de la même manière. Je suis simplement connecté à lui et je sais tout ce qui se passe.

« Otmar est le patron. Je lui fais entièrement confiance, et il fait un excellent travail. Cela me donne donc cette tranquillitĂ© d’esprit et je suis convaincu qu’il va continuer Ă  faire grandir l’Ă©quipe. »