Accueil International Réunion sous haute tension du Conseil de sécurité des Nations unies aujourd’hui,...

Réunion sous haute tension du Conseil de sécurité des Nations unies aujourd’hui, Zelenskyy appelant à punir la Russie

57
0

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, sera confronté à ses homologues ukrainiens et occidentaux lors de la réunion du consacrée à la crise ukrainienne.

La session du Conseil de sécurité intervient au lendemain d’un discours du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy devant l’Assemblée générale des Nations unies, qui a demandé que la soit punie.
(AP)

La Russie est prête à faire face à une pression directe aux Nations Unies concernant son offensive militaire en Ukraine, dont le leader Volodymyr Zelenskyy a appelé le monde à punir Moscou.

Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent pour l’Assemblée générale annuelle jeudi, le Conseil de sécurité tiendra une session spéciale entre les ministres des affaires étrangères, à l’appel de la France, sur l’impunité des violations des droits en Ukraine.

Cette session devrait permettre au ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, de rencontrer des diplomates occidentaux de haut niveau, dont le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Après deux ans de restrictions pandémiques, un seul dirigeant était encore autorisé à s’adresser virtuellement à l’Assemblée générale – Zelenskyy, qui, dans une vidéo préenregistrée, a appelé 15 fois à la « punition » de la Russie et a reçu une rare ovation.

« L’Ukraine demande une punition pour avoir essayé de voler notre territoire. Une punition pour les meurtres de milliers de personnes. Une punition pour les tortures et les humiliations infligées aux femmes et aux hommes », a déclaré Zelenskyy en anglais.

Lire aussi :  Les présidents turc et chinois s'entretiennent en Ouzbékistan en marge de l'OCS

Il a déclaré que ses cinq conditions non négociables pour la paix comprenaient la punition pour l’agression russe, la restauration de la sécurité de l’Ukraine, l’intégrité territoriale et les garanties de sécurité.

« …C’est le premier élément de notre formule de paix. Point global. La punition », a déclaré Zelenskyy à l’assemblée.

Il a demandé la création d’un tribunal spécial pour tenir la Russie pour responsable, disant que ce serait un « signal pour tous les agresseurs potentiels ». Il a également demandé la création d’un fonds de compensation, affirmant que la Russie « devrait payer pour cette guerre avec ses propres actifs ».

LIRE PLUS : Erdogan : la Russie et l’Ukraine échangent 200 prisonniers de guerre sous la médiation de la Turquie

La Russie a peur de véritables négociations

Zelenskyy a clairement indiqué qu’il ne voyait aucun intérêt à des pourparlers immédiats, affirmant que la Russie n’utilisait la diplomatie que pour gagner du temps sur le champ de bataille.

« La Russie a peur des véritables négociations et ne veut remplir aucune obligation internationale équitable. Elle ment à tout le monde – comme c’est le cas pour les agresseurs, pour les terroristes. »

Lire aussi :  Erdogan rencontre le président croate et ouvre un centre culturel islamique à Sisak.

Il a souligné l’absence de représentation africaine et latino-américaine au Conseil de sécurité et a demandé que la Russie soit privée de son droit de veto.

La réunion du Conseil de sécurité de jeudi se tiendra au lendemain de la mobilisation des réservistes par le président russe Vladimir Poutine, qui a menacé de manière voilée d’utiliser des armes nucléaires, signe qu’il n’est pas pressé de mettre fin au conflit.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, informeront les 15 membres du Conseil.

Le Conseil n’a pas été en mesure de prendre des mesures significatives sur l’Ukraine car la Russie est un membre permanent disposant d’un droit de veto, tout comme les , la France, la Grande-Bretagne et la Chine. La réunion de jeudi sera au moins la 20e fois que le Conseil de sécurité se réunit sur l’Ukraine cette année.

Après le discours de M. Guterres et de M. Khan, les 15 membres du Conseil prendront la parole, puis l’Ukraine, plusieurs pays européens, le Belarus et le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell.

LIRE PLUS : Des centaines de personnes détenues alors que l’ordre de conscription des troupes de Poutine déclenche des protestations.

Source : fr.palestinaliberation.com et agences

Article précédentLe décalage dans le temps des idées qui offre une intrigue sur le combat futur de la F1.
Article suivantBlog en direct : Un allié de Poutine libéré lors d’un échange de prisonniers – les séparatistes ukrainiens
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.