Accueil SantĂ© & Bien-ĂȘtre Pourquoi la guerre en Ukraine pourrait compliquer les traitements de canal

Pourquoi la guerre en Ukraine pourrait compliquer les traitements de canal

108
0

L’assaut de la Russie contre l’Ukraine est ressenti dans le monde entier, et le systĂšme de santĂ© amĂ©ricain n’est pas Ă  l’abri.

La Russie et l’Ukraine sont toutes deux des puissances dans l’approvisionnement de certaines matiĂšres premiĂšres – dans ce cas, le nitrate d’ammonium et le gaz naturel. Ces produits, aprĂšs avoir Ă©tĂ© raffinĂ©s, peuvent produire deux gaz essentiels pour le systĂšme de santĂ© : l’oxyde nitreux, plus connu sous le nom de gaz hilarant, et l’hĂ©lium. Ils sont utilisĂ©s dans des millions de procĂ©dures chaque jour. Et des approvisionnements rĂ©duits pourraient rendre chaque traitement de canal beaucoup plus douloureux et chaque IRM beaucoup plus coĂ»teuse.

La perturbation reprĂ©sente Ă©galement plus de turbulences pour la chaĂźne d’approvisionnement du systĂšme de soins de santĂ© amĂ©ricain.

« Les pĂ©nuries que nous connaissons actuellement ont Ă©tĂ© prĂ©parĂ©es depuis des annĂ©es et ne sont donc une surprise pour personne », a dĂ©clarĂ© Wally Hopp, professeur Ă  l’universitĂ© du Michigan, spĂ©cialiste de la chaĂźne d’approvisionnement mĂ©dicale. M. Hopp a dirigĂ© un groupe convoquĂ© par les AcadĂ©mies nationales des sciences, de l’ingĂ©nierie et de la mĂ©decine pour rendre un rapport en mars sur la sĂ©curisation des approvisionnements des industries amĂ©ricaines.

Ces problĂšmes auraient pu ĂȘtre traitĂ©s plus tĂŽt par le gouvernement et le secteur privĂ©, a dĂ©clarĂ© M. Hopp. « Mais maintenant, ils ne peuvent que se dĂ©mener pour faire face Ă  la crise avec la santĂ© des citoyens amĂ©ricains en jeu », a-t-il ajoutĂ©.

Les annĂ©es qui ont suivi le dĂ©but de la pandĂ©mie ont Ă©tĂ© ponctuĂ©es de problĂšmes de chaĂźne d’approvisionnement. La pĂ©nurie de lait maternisĂ© – qui a commencĂ© aprĂšs la fermeture d’une usine du Michigan en raison de problĂšmes de contamination – n’est que la derniĂšre en date. Les hĂŽpitaux sont confrontĂ©s Ă  une pĂ©nurie de colorant de contraste utilisĂ© dans les scanners de diagnostic, Ă  la suite d’un verrouillage de l’usine de Shanghai oĂč la plupart de ces produits sont fabriquĂ©s. En consĂ©quence, les hĂŽpitaux du New Jersey Ă  l’État de Washington ont essayĂ© de rationner les scanners pour les cas les plus graves. Au dĂ©but de la pandĂ©mie, la pĂ©nurie d’Ă©quipements de protection individuelle pour le personnel de santĂ© de premiĂšre ligne a Ă©tĂ© une caractĂ©ristique dĂ©terminante de la rĂ©ponse non prĂ©parĂ©e et dĂ©sordonnĂ©e au covid.

Lire aussi :  L'Ă©pidĂ©mie d'Omicron dans une convention indoor Ă  New York

Ces pĂ©nuries font partie des problĂšmes de sĂ©curitĂ© des patients les plus pressants aujourd’hui, a dĂ©clarĂ© l’ECRI, une organisation de sĂ©curitĂ©, dans un tour d’horizon de janvier des principaux problĂšmes de sĂ©curitĂ© de l’annĂ©e. Les pĂ©nuries arrivent en deuxiĂšme position. « L’indisponibilitĂ© des produits peut entraĂźner l’incapacitĂ© de traiter les patients et de protĂ©ger le personnel, ce qui peut entraĂźner des blessures, des maladies, voire la mort des patients et des cliniciens », indique le rapport. Il note que de nombreuses rĂ©gions ont peu de fournisseurs clĂ©s, ce qui signifie qu’un problĂšme dans un coin Ă©loignĂ© du monde pourrait faire tomber des dominos dans le systĂšme de santĂ© amĂ©ricain.

L’impact se fait sentir dans les entrailles des scanners corporels et autres machines mĂ©dicales.

« L’hĂ©lium est un Ă©lĂ©ment formidable pour diffuser la chaleur », a dĂ©clarĂ© Bob Karcher, un responsable des services contractuels pour Premier, une sociĂ©tĂ© qui offre des services d’achats groupĂ©s aux fournisseurs. « Il est utilisĂ© dans les grands IRM et les tomodensitomĂštres, pour Ă©loigner la chaleur de la source ».

Hopp a dĂ©clarĂ© que l’approvisionnement en hĂ©lium est limitĂ© depuis un certain temps et que la guerre a exacerbĂ© le problĂšme.

La Russie envoie maintenant des quantitĂ©s relativement plus faibles de gaz naturel aux pays occidentaux. Cela a incitĂ© d’autres pays Ă  transporter le gaz vers ces nations par gazoducs, plutĂŽt que de l’expĂ©dier sous forme liquide. Ces dĂ©cisions ont une incidence sur l’approvisionnement en hĂ©lium, car la conversion du gaz naturel en liquide entraĂźne l’Ă©limination de traces d’hĂ©lium, de sorte que le transport par gazoduc a pour consĂ©quence involontaire de rĂ©duire la quantitĂ© d’hĂ©lium Ă  usage industriel.

D’autres facteurs idiosyncrasiques ont Ă©galement un effet nĂ©gatif sur l’approvisionnement : Par exemple, une installation texane qui produit de l’hĂ©lium est constamment fermĂ©e pour des raisons de sĂ©curitĂ©.

Tout cela se traduit par des coĂ»ts plus Ă©levĂ©s pour les fournisseurs. Hopp a dit qu’il avait vu des estimations selon lesquelles les coĂ»ts de l’hĂ©lium Ă©taient d’environ 34 000 dollars par machine IRM en 2019. « C’est certainement plus Ă©levĂ© que cela maintenant et se dirige vers plus haut », a-t-il dit. « Pire, j’ai vu des spĂ©culations de la part des systĂšmes de santĂ© selon lesquelles la pĂ©nurie pourrait devenir suffisamment grave pour les obliger Ă  fermer des machines IRM. »

David Facchini, directeur de la radiologie Ă  l’hĂŽpital Yale New Haven dans le Connecticut, a dĂ©clarĂ© que les hĂŽpitaux communautaires seraient probablement les plus touchĂ©s par les effets de la pĂ©nurie. À long terme, a-t-il suggĂ©rĂ©, les fabricants pourraient construire des machines qui n’ont pas besoin d’hĂ©lium. Mais il faudra attendre « des mois ou des annĂ©es », a-t-il ajoutĂ©.

Lire aussi :  La surveillance gĂ©nomique continue en Afrique permet de mieux comprendre l'Ă©volution de la pandĂ©mie de SRAS-CoV-2.

L’hĂ©lium n’est pas le seul gaz Ă  manquer. Le protoxyde d’azote est utilisĂ© principalement par les cabinets dentaires lors des opĂ©rations chirurgicales. Environ 40 % du nitrate d’ammonium – la source du gaz hilarant – provient de Russie.

Premier « constate une pression sur les prix, une augmentation des coĂ»ts », a dĂ©clarĂ© Donna Craft, une directrice principale. Cela risque de nuire aux cabinets dentaires, qui reçoivent gĂ©nĂ©ralement une allocation basĂ©e sur l’utilisation normale et habituelle. Au fur et Ă  mesure que le pays Ă©merge des interruptions liĂ©es Ă  la pandĂ©mie, cette base de rĂ©fĂ©rence pourrait ĂȘtre trop basse pour les cabinets qui reçoivent plus de patients ou qui essaient de se dĂ©velopper.

De plus, a prévenu M. Karcher, le secteur médical pourrait avoir du mal à se procurer des gaz rares. Les fournisseurs pourraient préférer vendre leurs produits à des soumissionnaires plus offrants en dehors du secteur de la santé.

Selon l’ECRI, les fournisseurs de soins de santĂ© se sont appuyĂ©s sur une stratĂ©gie d’inventaire « juste Ă  temps », c’est-Ă -dire qu’ils ont dĂ©libĂ©rĂ©ment gardĂ© des stocks bas pour Ă©viter les coĂ»ts de stockage. Cette stratĂ©gie est raisonnable lorsque tout est tranquille. Elle est moins tenable lorsqu’il y a une guerre terrestre majeure et une pandĂ©mie.

Étant donnĂ© que ces goulets d’Ă©tranglement sont le produit de dĂ©cisions prises il y a des annĂ©es et que leur rĂ©solution exige plus qu’un simple travail de couture, les rĂ©actions Ă  court terme sont « gĂ©nĂ©ralement trop peu et trop tard », a dĂ©clarĂ© M. Hopp. « Une fois qu’une vĂ©ritable pĂ©nurie d’approvisionnement est en cours, les options dont dispose le gouvernement sont limitĂ©es. »

Kaiser Health NewsCet article a Ă©tĂ© reproduit de khn.org avec la permission de la Fondation de la famille Henry J. Kaiser. Kaiser Health News, un service d’information indĂ©pendant sur le plan rĂ©dactionnel, est un programme de la Kaiser Family Foundation, un organisme de recherche sur les politiques de santĂ© non partisan et non affiliĂ© Ă  Kaiser Permanente.

Article prĂ©cĂ©dentPour de nombreuses familles Ă  faibles revenus, l’obtention de lait maternisĂ© a toujours Ă©tĂ© une contrainte.
Article suivantLa vaccination réduit le risque de subir un COVID-19 sévÚre chez les patients sous dialyse
Apasionado del running, vegano a los 25 años y comercial de la ropa, me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en noviembre de 2021