Accueil International Pas de retour à l’accord sur le nucléaire iranien si l’enquête internationale...

Pas de retour à l’accord sur le nucléaire iranien si l’enquête internationale se poursuit : Raisi

99
0

L’accord nucléaire prévoit la levée des sanctions contre l’Iran en échange de la limitation de son programme nucléaire qui progresse rapidement.

L’ancien président américain Donald Trump a retiré unilatéralement l’Amérique de l’accord nucléaire en 2018, ouvrant la voie à des années de tensions croissantes.
(Bureau de la présidence iranienne via AP)

Le président iranien a prévenu que toute feuille de route visant à restaurer l’accord nucléaire en lambeaux conclu entre Téhéran et les puissances mondiales devait voir les inspecteurs internationaux mettre fin à leur enquête sur les particules d’uranium artificielles découvertes dans des sites non déclarés du pays.

Lors d’une rare conférence de presse marquant sa première année de mandat lundi, le président Ebrahim Raisi a également proféré des menaces à l’encontre d’ et a tenté de paraître optimiste alors que l’économie iranienne et le rial se sont effondrés sous le poids des sanctions internationales.

Malgré l’attention internationale portée à l’accord alors que les négociations à Vienne sont en suspens, il a fallu plus d’une heure à M. Raisi pour reconnaître pleinement les négociations en cours.

Ces dernières semaines, Téhéran et Washington ont échangé des réponses écrites sur les points les plus précis de la feuille de route, qui prévoit la levée des sanctions contre l’Iran en échange de la limitation de son programme nucléaire qui progresse rapidement.

Lire aussi :  Les pilotes de la compagnie allemande Lufthansa prêts à faire une nouvelle grève

LIRE PLUS : Quel est le blocage de l’accord sur le nucléaire iranien ?

Questions sur les « sauvegardes ».

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) cherche depuis des années à ce que l’Iran réponde aux questions concernant les particules d’uranium artificielles trouvées dans des sites non déclarés. Les agences de renseignement américaines, les pays occidentaux et l’AIEA ont déclaré que l’Iran a mené un programme d’armement nucléaire organisé jusqu’en 2003.

L’Iran a longtemps nié avoir cherché à se doter d’armes nucléaires.

En tant que membre du Traité de non-prolifération nucléaire, l’Iran est tenu d’expliquer les traces radioactives et de fournir des garanties qu’elles ne sont pas utilisées dans le cadre d’un programme d’armes nucléaires.

En juin, l’Iran a été critiqué par le Conseil des gouverneurs de l’AIEA pour n’avoir pas répondu aux questions sur les sites à la satisfaction des inspecteurs.

M. Raisi a mentionné les traces – en les qualifiant de questions de « sauvegardes » selon le langage de l’AIEA.

Lire aussi :  Une reine de beauté du Myanmar au franc-parler obtient l'asile au Canada

« Sans règlement des questions de sauvegarde, parler d’un accord n’a aucun sens », a déclaré Raisi.

LIRE PLUS : Le prix du pétrole grimpe en raison de la perspective d’une réduction de l’offre de l’OPEP et de la hausse de la demande.

Lignes directrices 2015

En vertu de l’accord nucléaire de 2015, Téhéran pouvait enrichir l’uranium à 3,67 %, tout en conservant un stock d’uranium de 300 kilogrammes (660 livres) sous la surveillance constante des caméras de surveillance et des inspecteurs de l’AIEA.

Le président de l’époque, Donald Trump, a retiré unilatéralement l’Amérique de l’accord en 2018, ouvrant la voie à des années de tensions croissantes.

Au dernier décompte public de l’AIEA, l’Iran dispose d’un stock d’environ 3 800 kilogrammes (8 370 livres) d’uranium enrichi.

Plus inquiétant encore pour les experts en non-prolifération, l’Iran enrichit désormais l’uranium jusqu’à 60 % de pureté – un niveau qu’il n’avait jamais atteint auparavant et qui n’est qu’à une courte distance technique de 90 %.

Ces experts préviennent que l’Iran possède suffisamment d’uranium enrichi à 60 % pour le retraiter et en faire du combustible pour au moins une bombe nucléaire.

LIRE PLUS : Que faire si l’accord sur le nucléaire iranien tombe à l’eau ?

Source : fr.palestinaliberation.com et agences

Article précédentLes États-Unis vont nommer un envoyé spécial pour l’Arctique
Article suivantL’UE discute de l’interdiction de visa pour les Russes et de la formation des troupes de Kiev lors des discussions de Prague.
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.