Accueil Sports Magnussen fait face à « plus de pression pour ne pas se planter »...

Magnussen fait face à « plus de pression pour ne pas se planter » à la course de F1 de Djeddah.

196
0

Le Danois a terminé cinquième au Grand Prix de Bahreïn, qui ouvrait la saison, pour son retour chez Haas, après avoir été rappelé pour remplacer le pilote russe Nikita Mazepin pour 2022.

Ce résultat a été obtenu après trois jours de tests de pré-saison sur le site de Sakhir. Haas a bénéficié de séances supplémentaires le vendredi et le samedi pour se remettre de la première journée manquée à cause du retard d’un avion cargo.

Mais Magnussen, qui a été abandonné par Haas pour 2021, participera à son premier GP d’Arabie saoudite ce week-end sans s’être préparé dans le simulateur de l’équipe.

Il estime que cela augmentera la pression pour ne pas faire d’erreurs afin de perdre du temps de piste et de consommer un jeu de pneus.

Interrogé sur la préparation de Jeddah pour laquelle il n’y avait « aucune préparation », Magnussen a déclaré : « La principale différence est simplement que je ne connais pas cette piste.

« La façon dont je me suis préparé à Bahreïn était très simple parce que nous avons eu le test avant, et tout est très bien connu.

Lire aussi :  De Vice à F1 : l'histoire des autres grands prix de Miami

« En fait, vous connaissez très bien la dégradation des pneus grâce au test. Alors qu’ici, c’est plus inconnu, donc il y a plus de pression pour ne pas rater une course.

« Si je rate une course sur l’un des jeux de pneus que nous devons apprendre pour la course, ça va me coûter cher.

« Il va y avoir plus de pression cette fois. Mais c’est bien. Nous ferons face à ça. »

Kevin Magnussen, interview de Haas F1 Team

Kevin Magnussen, interview de Haas F1 Team

Photo par : Andy Hone / Motorsport Images

Interrogé par Autosport pour savoir si un autre bon résultat pour Haas à Jeddah donnerait plus de confiance qu’à Bahreïn en raison du manque de course sur le circuit, Magnussen a répondu : « [I would take more confidence] juste parce que je ne connais pas cette piste.

« Ça n’a pas l’air d’être une piste facile. C’est l’une des pistes sur lesquelles vous aimeriez faire le plus de tours possible.

« Avec un peu de chance, je pourrai rattraper mon retard en qualifications et ensuite, en course, me lancer à fond. Je suis impatient de l’essayer. »

Lire aussi :  Albon : Le résultat de Miami est "moins surprenant" que celui de l'Australie

Il a ajouté : « Si [the car is] sera aussi bon ici qu’au Bahreïn, le temps nous le dira. »

Lire aussi :

Magnussen a reconnu que « nous n’avons pas eu le temps de conduire le simulateur » et qu’il s’était plutôt appuyé sur les vidéos embarquées du GP saoudien inaugural de l’année dernière pour apprendre Jeddah.

Lorsqu’on lui a demandé ses impressions sur la course de 2021, Magnussen a répondu qu’elle était « folle ».

Il poursuit : « Non seulement le circuit est super fou, mais c’était aussi une course folle, avec deux drapeaux rouges et beaucoup de choses qui se sont passées.

« Au moins, je suis préparé pour une course folle à nouveau, et je suppose que tout le monde essaie d’anticiper. Nous l’avons eu une année à Bakou où nous avons vu comme une course super folle et la suivante était super ennuyeuse, parce que tout le monde était prudent et anticipait les problèmes. C’est certainement une piste très unique. Des vitesses élevées, pour un circuit de rue. »