Accueil International L’Iran accentue la pression sur les célébrités et les médias suite aux...

L’Iran accentue la pression sur les célébrités et les médias suite aux manifestations de Mahsa Amini.

50
0

Les autorités mettent en garde les cinéastes, les athlètes, les musiciens et les acteurs, qui ont soutenu les manifestations contre la mort en détention de Mahsa Amini, contre le risque d’attiser les « flammes des émeutes ».

Une femme pro-gouvernementale tient le drapeau iranien lors d’un rassemblement contre les récentes manifestations de protestation en Iran.
(Reuters)

L’Iran a intensifié la pression sur les célébrités et les journalistes à la suite de la vague de manifestations dirigées par des femmes, déclenchée par l’indignation suscitée par la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police du pays.

Des cinéastes, des athlètes, des musiciens et des acteurs ont soutenu les manifestations, et beaucoup y ont vu un signal lorsque l’équipe nationale de football est restée en survêtement noir lors des hymnes avant un match à Vienne contre le Sénégal.

« Nous allons prendre des mesures contre les célébrités qui ont attisé les flammes des émeutes », a déclaré le gouverneur de la province de Téhéran, Mohsen Mansouri, selon l’agence de presse ISNA.

Le chef du pouvoir judiciaire iranien, Gholamhossein Mohseni Ejei, a également déclaré que « ceux qui sont devenus célèbres grâce au soutien du système ont rejoint l’ennemi lorsque les temps sont difficiles ».

Ces avertissements interviennent après près de deux semaines de manifestations à travers l’Iran et une répression meurtrière qui, selon le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International, a été marquée par une « violence impitoyable de la part des forces de sécurité ».

Lire aussi :  Les pays de l'OTAN vont fournir une assistance à l'Ukraine en matière de défense aérienne : Stoltenberg

Le groupe Iran Human Rights, basé à Oslo, a fait état d’un bilan d’au moins 83 morts, dont des enfants.

LIRE PLUS : Le président iranien Raisi accuse les États-Unis d’attiser les troubles après la mort de Mahsa Amini.

L’Iran accuse les forces extérieures

La colère du public s’est enflammée après la mort d’Amini, une femme kurde de 22 ans, le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour avoir prétendument enfreint les règles strictes de l’Iran concernant le port du hijab et de vêtements modestes.

Les manifestants scandent depuis lors « Femme, vie, liberté », lors des plus grandes manifestations que l’Iran ait connues depuis près de trois ans, au cours desquelles les femmes ont brûlé leur foulard et coupé leurs cheveux.

Le président Ebrahim Raisi a prévenu que, malgré « la douleur et le chagrin » suscités par la mort d’Amini, la sécurité publique « est la ligne rouge de la République islamique d’Iran et personne n’est autorisé à enfreindre la loi et à provoquer le chaos ».

L’Iran a dénoncé jeudi l' »ingérence » de la France dans ses affaires intérieures à la suite d’une déclaration de soutien aux manifestations, après s’être plainte auprès de la Grande-Bretagne et de la Norvège.

Lire aussi :  Le Brésil enquête sur le "salut nazi" de partisans de Bolsonaro

Des manifestations de solidarité avec les femmes iraniennes ont eu lieu dans le monde entier, et des rassemblements sont prévus dans 70 villes samedi.

L’Iran a imputé la responsabilité des manifestations à des forces extérieures, notamment aux États-Unis, et a lancé mercredi des frappes transfrontalières de missiles et de drones qui ont tué 13 personnes dans la région du Kurdistan irakien, accusant les groupes armés basés dans cette région d’alimenter les troubles.

Les États-Unis ont déclaré jeudi qu’un de leurs citoyens avait été tué dans les frappes iraniennes, annonçant séparément une nouvelle application des sanctions sur les ventes de pétrole de Téhéran.

Le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré qu’il avait dit aux diplomates occidentaux, lors des récentes réunions de l’ONU, que les manifestations n’étaient « pas un gros problème » pour la stabilité du pays.

« Il n’y aura pas de changement de régime en Iran », a-t-il déclaré mercredi à la National Public Radio à . « Ne jouez pas avec les émotions du peuple iranien ».

LIRE PLUS :
La police iranienne qualifie de  » malheureux  » le décès d’une femme en garde à vue, alors que des manifestations éclatent.

Source : AFP

Article précédentUne importante évasion immunitaire humorale contribue à l’émergence et à la propagation rapide des sous-lignées BA.4 et BA.5 mutées par l’Arg346.
Article suivantAlbon, qui ne souffre d’aucune douleur, est « en pleine forme » pour son retour en F1 à Singapour.
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.