Accueil International Les pays de l’UE consacrent près d’un demi-billion de dollars à la...

Les pays de l’UE consacrent près d’un demi-billion de dollars à la lutte contre la crise énergétique

67
0

Les prix du gaz et de l’électricité en Europe ont grimpé en flèche, la ayant réduit ses exportations de carburant en représailles aux sanctions occidentales liées à son offensive en Ukraine.

La Croatie, la Grèce, l’Italie et la Lettonie ont affecté plus de trois pour cent de leur PIB à la lutte contre la pénurie d’énergie.
(Archives Reuters)

Les gouvernements européens ont
près de 495 milliards de dollars (500 milliards d’euros) l’année dernière pour protéger les
citoyens et les entreprises de la flambée des prix du gaz et de l’électricité,
selon un rapport de recherche publié par le think-tank Bruegel.

Après des mois de flambée des prix, les gouvernements ont pris des mesures
mesures visant à limiter les prix de détail de l’électricité, à réduire les taxes sur l’énergie et à accorder des subventions aux contribuables.
de l’énergie et à accorder des subventions aux payeurs de factures.

Les prix européens du gaz et de l’électricité ont grimpé en flèche alors que la Russie a
la Russie a réduit ses exportations de carburant en représailles aux sanctions occidentales liées à son offensive en Ukraine.

Lire aussi :  Le Royaume-Uni retire ses troupes du Mali. Qu'est-ce que cela signifie pour la région ?

Les 27 pays de l’UE ont collectivement alloué 311 milliards de dollars (314 milliards d’euros) à des mesures visant à atténuer la douleur.
milliards d’euros) pour des mesures visant à atténuer la douleur, tandis que la Grande-Bretagne a
la Grande-Bretagne a mis de côté 176 milliards de dollars (178 milliards d’euros), selon le cabinet
Bruegel.

Si l’on inclut l’argent que les gouvernements ont réservé pour nationaliser, renflouer
ou accorder des prêts aux compagnies d’électricité en difficulté,
alors les gouvernements de l’UE ont dépensé près de 446 milliards de dollars (450 milliards d’euros).
groupe de réflexion.

L’Allemagne a nationalisé l’importateur de gaz Uniper mercredi
mercredi et la Grande-Bretagne a plafonné le coût de gros de l’électricité et du gaz
et du gaz pour les entreprises.

LIRE PLUS : L’UE cherche 140 milliards de dollars pour faire face à la crise énergétique

Clairement non durable

La plupart des mesures ont été conçues pour être temporaires, mais Bruegel a déclaré que l’intervention de l’État s’est amplifiée au point de devenir « structurelle ».

Lire aussi :  Le FMI approuve la relance du programme de prêts au Pakistan alors que le bilan de la mousson s'alourdit

« Il est clair que cette situation n’est pas viable du point de vue des finances publiques », a déclaré Simone Tagliapietra, membre senior de Bruegel.

« Les gouvernements disposant d’une plus grande marge de manœuvre budgétaire géreront inévitablement mieux la crise énergétique en surpassant leurs voisins pour les ressources énergétiques limitées pendant les mois d’hiver. »

L’Allemagne, première économie de l’UE, est de loin la plus grande dépensière du bloc – mettant de côté 99 milliards de dollars (100 milliards d’euros), contre 58 milliards de dollars (59 milliards d’euros) en Italie, ou 198 millions de dollars (200 millions d’euros) en Estonie, par exemple.

La Croatie, la Grèce, l’Italie et la Lettonie ont toutes affecté plus de trois pour cent de leur PIB à la lutte contre la pénurie d’énergie.

La semaine dernière, l’Union européenne a proposé des mesures à l’échelle du bloc pour faire face à la flambée des prix de l’énergie, dans le but de superposer une réaction coordonnée à la mosaïque de réponses nationales.

LIRE LA SUITE :
Les nouvelles mesures de l’UE vont-elles atténuer la crise du gaz ?

Source : Reuters

Article précédentDes prisonniers de guerre américains et d’autres pays transférés de Russie en Arabie saoudite
Article suivantLe président du Kazakhstan, M. Tokayev, convoque des élections présidentielles anticipées en novembre.
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.