Accueil International Les parties belligérantes du Yémen ne parviennent pas à renouveler la trêve...

Les parties belligérantes du Yémen ne parviennent pas à renouveler la trêve négociée par l’ONU

50
0

La trêve initiale de deux mois a été conclue en avril et renouvelée deux fois malgré les griefs des deux parties quant à son application.

L’envoyé de l’ONU pour le s’est efforcé de relancer une trêve de six mois après que le dépassement de l’échéance ait fait craindre un retour à la guerre.
(Archives Reuters)

Les parties belligérantes du Yémen n’ont pas réussi à renouveler l’accord de trêve conclu sous l’égide de l’ONU, qui a expiré dimanche, anéantissant ainsi les espoirs de certains Yéménites d’un pacte plus large qui permettrait d’atténuer les difficultés économiques et de prolonger le calme relatif après plus de sept ans de combats.

L’envoyé spécial des Nations Unies, Hans Grundberg, a déclaré tard dans la journée de dimanche qu’il continuerait à faire pression en faveur d’un accord prolongé et élargi entre la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et le groupe rebelle Houthi, tous deux soumis à une pression internationale intense pour parvenir à un accord.

« C’est un jour triste pour le peuple yéménite », a déclaré Abdullah Ali, un enseignant de 58 ans, dans la capitale Sanaa, où les gens se sont précipités pour faire des réserves de carburant et de nourriture dimanche soir.

Lire aussi :  Qu'est-ce que la maladie de la peau grumeleuse qui a tué près de 100 000 bovins en Inde ?

« Nous espérions commencer à recevoir nos salaires et avancer vers un cessez-le-feu. Nous sommes choqués », a déclaré Ali à Reuters par téléphone.

La proposition de M. Grundberg prévoit une prolongation de la trêve de six mois, un mécanisme de paiement des salaires de la fonction publique et une plus grande circulation des biens et des personnes dans le pays où 80 % de la population de quelque 30 millions d’habitants dépend de l’aide.

La trêve initiale de deux mois a été conclue en avril et renouvelée deux fois malgré les griefs des deux parties quant à sa mise en œuvre. Elle a permis l’entrée de quelques navires de carburant dans le port de Hodeidah et de quelques vols commerciaux à partir de Sanaa, tous deux tenus par les Houthis, alliés de l’Iran.

« Je poursuivrai mes efforts incessants pour m’engager avec les parties afin de parvenir rapidement à un accord sur la voie à suivre », a déclaré l’envoyé dans un communiqué, exhortant les parties à maintenir le calme.

Lire aussi :  La Russie reporte les discussions sur le contrôle des armes avec les États-Unis

LIRE PLUS : Pas de prolongation du cessez-le-feu au Yémen, l’ONU appelle au calme

Années de conflit

Dimanche, les parties se sont accusées mutuellement d’entraver les efforts de paix. Le gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite a reproché aux rebelles Houthis, autorités de facto dans le nord, de refuser l’accord.

Un conseil des Houthis a critiqué la proposition de l’ONU, la jugeant insuffisante, et a menacé d’attaquer « les aéroports, les ports et les compagnies pétrolières des pays agresseurs » si la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite ne levait pas ses restrictions maritimes et aériennes.

Selon les chiffres des Nations unies, plus de 150 000 personnes sont mortes dans la guerre au Yémen et des millions ont été déplacées.

Le conflit oppose le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite, officiellement basé dans le port d’Aden, au sud du pays, aux Houthis, soutenus par l’Iran.

Les Houthis se sont emparés de la capitale Sanaa en 2014, provoquant une intervention militaire sous commandement saoudien l’année suivante et déclenchant une guerre qui a provoqué ce que les Nations unies appellent la pire crise humanitaire au monde.

LIRE PLUS : L’envoyé de l’ONU vise à étendre la trêve fragile au Yémen

Source : Reuters

Article précédentLe ministre français de la justice va être jugé dans une affaire de conflit d’intérêts
Article suivantRed Bull « absolument confiant » avant la décision cruciale sur le plafonnement des coûts en F1
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.