Accueil International Les forces iraniennes et les manifestants s’affrontent dans plusieurs villes à propos...

Les forces iraniennes et les manifestants s’affrontent dans plusieurs villes à propos de la mort d’Amini.

65
0

La mort de Mahsa Amini a suscité la première grande manifestation d’opposition dans les rues d’Iran depuis que les autorités ont écrasé les protestations contre une hausse des prix de l’essence en 2019.

Amini, 22 ans, originaire de la ville iranienne de Saqez, a été arrêté ce mois-ci à Téhéran pour « tenue inadaptée » par la police des mœurs.
(Archives Reuters)

La police anti-émeute et les forces de sécurité iraniennes ont affronté des manifestants dans des dizaines de villes, alors que les protestations contre la mort de la jeune Iranienne Mahsa Amini en garde à vue se poursuivent.

La télévision d’État a rapporté mardi que la police a affronté ce qu’elle a appelé des « émeutiers » dans certaines villes et a tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser.

Malgré un nombre croissant de morts et une répression féroce de la part des autorités, des vidéos postées sur Twitter montrent des manifestants appelant à la chute de l’establishment clérical tout en affrontant les forces de sécurité à Téhéran, Tabriz, Karaj, Qom, Yazd et dans de nombreuses autres villes iraniennes.

Les autorités iraniennes ont restreint l’accès à Internet dans plusieurs provinces, selon l’observatoire du blocage d’Internet NetBlocks sur Twitter et des sources en Iran.

LIRE PLUS : Le bilan des manifestations en Iran s’alourdit avec la restriction d’Internet.

Un soutien croissant

Mardi, un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a appelé les dirigeants iraniens à  » respecter pleinement les droits de l’homme « .
droits de l’homme a appelé les dirigeants iraniens à « respecter pleinement
les droits à la liberté d’opinion, d’expression, de réunion pacifique et d’association ».
et d’association ».

Dans une déclaration, Ravina Shamdasani a déclaré que les rapports indiquaient que « des centaines de personnes ont également été arrêtées, y compris des défenseurs des droits humains ».
rapports indiquent que « des centaines de personnes ont été arrêtées, y compris des
défenseurs des droits humains, des avocats, des militants de la société civile et au moins 18
18 journalistes ».

« Des milliers de personnes ont rejoint les manifestations anti-gouvernementales
dans tout le pays au cours des 11 derniers jours. Les forces de sécurité
ont parfois répondu par des tirs à balles réelles », indique le communiqué.
déclaration.

Les officiels ont déclaré que 41 personnes, y compris des membres de la
police et d’une milice pro-gouvernementale, sont mortes pendant les
manifestations. Mais les groupes iraniens de défense des droits de l’homme ont rapporté un
plus élevé.

LIRE PLUS : La police iranienne qualifie de « malheureux » le décès d’une femme en garde à vue, alors que des manifestations éclatent.

Arrestations généralisées

Le groupe iranien de défense des droits de l’homme Hengaw a déclaré que « 18 personnes ont été tuées, 898 personnes ont été blessées et plus de 1 000 manifestants kurdes ont été arrêtés au cours des dix derniers jours », estimant que les chiffres sont plus élevés.

« Entre lundi et vendredi, plus de 70 femmes ont été arrêtées dans le Kurdistan iranien … au moins quatre d’entre elles ont moins de 18 ans », a déclaré Hengaw mardi.

Le pouvoir judiciaire iranien a mis en place des tribunaux spéciaux pour juger les « émeutiers », selon les médias d’État.

Les médias sociaux, ainsi que certains militants, ont appelé à une grève nationale. Plusieurs professeurs d’université, des célébrités et des joueurs de football de premier plan ont soutenu les protestations contre la mort d’Amini, selon les déclarations qu’ils ont publiées sur les médias sociaux.

Les étudiants de plusieurs universités ont refusé de participer aux cours, protestant contre l’arrestation généralisée d’étudiants et les rencontres forcées avec les forces de sécurité dans les universités.

LIRE PLUS : La police française tire des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestations de Mahsa Amini à Paris.

Source : fr.palestinaliberation.com et agences