Accueil Santé & Bien-être Le rappel du vaccin UB-612 provoque des taux élevés d’anticorps neutralisants contre...

Le rappel du vaccin UB-612 provoque des taux élevés d’anticorps neutralisants contre le SRAS-CoV-2 Omicron

220
0

Dans une étude récente publiée sur le site Web de l bioRxiv* Les chercheurs ont évalué l’efficacité d’un nouveau vaccin candidat, l’UB-612, contre 14 variantes du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), y compris la dernière variante préoccupante (VOC) Omicron.

Étude : Niveaux élevés d'anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2 Omicron après la vaccination de rappel UB-612. Crédit image : natatravel/Shutterstock
Étude : Niveaux élevés d’anticorps neutralisants contre le SRAS-CoV-2 Omicron après la vaccination de rappel UB-612. Crédit image : natatravel/Shutterstock

Étant donné les prévisions selon lesquelles Omicron pourrait remplacer le Delta VOC pour devenir la variante dominante du SRAS-CoV-2 dans le monde, il est crucial d’explorer des vaccins capables de contrer son potentiel exceptionnel d’échapper au système immunitaire.

Les vaccins de rappel homologues ou hétérologues rétablissent les titres d’anticorps neutralisants (AcN) protecteurs aux niveaux atteints par la primo-vaccination ; toutefois, des études ont démontré que ces titres diminuent de 7,1 fois contre Omicron par rapport à la souche ancestrale D614G. Ces résultats suscitent des inquiétudes quant à la possibilité d’infections pernicieuses chez les personnes vaccinées et soulignent la nécessité urgente d’administrer des doses de rappel de COVID-19 dans le monde entier.

A propos de l’étude

Dans cette étude, les chercheurs ont évalué le profil de sécurité et la réactogénicité du nouveau candidat vaccin UB-612. En particulier, les titres d’AcN contre Omicron induits par la deuxième et la troisième dose (rappel), et sa réactivité aux antigènes protéiques recombinants de type spike (S) et receptor-binding domain (RBD) de 14 variantes du SRAS-CoV-2.

À cette fin, l’équipe a analysé les échantillons de sérum de tous les participants à l’essai de phase I et a sélectionné au hasard 84 participants à l’essai de phase II du vaccin UB-612 qui s’est déroulé à Vismederi, Sienne, Italie. Les 15 participants de l’essai de phase I ont reçu une dose de 100 µg d’UB-612 sept à neuf mois après leur primovaccination à deux doses.

L’équipe de recherche a réalisé des tests immuno-enzymatiques (ELISA) sur des échantillons de sérum de tous les participants à l’étude immunisés avec l’UB-612. L’ELISA a détecté la liaison directe de l’immunoglobuline G (IgG) aux protéines recombinantes S et RBD ; de plus, l’inhibition de la liaison à l’enzyme humaine de conversion de l’angiotensine 2 (hACE2).

Lire aussi :  Une prise de poids excessive pendant la grossesse est liée à un profil de risque cardiovasculaire plus élevé à l'âge mûr

Les chercheurs ont également établi un modèle de prédiction de l’efficacité du vaccin (VE) basé sur l’activité RBD des anticorps IgG contre la souche D614G. Ils l’ont utilisé pour prédire l’efficacité du vaccin UB-612 contre la maladie symptomatique à coronavirus 2019 (COVID-19).

Résultats de l’étude

Le rappel UB-612 a stimulé la production d’anticorps IgG à forte réactivité croisée qui ont lié efficacement les RBD de 14 variantes du SRAS-CoV-2, notamment Alpha, Beta, Gamma, Delta et Omicron, une caractéristique de l’UB-612 principalement attribuée à son composant antigénique RBD.

Le rappel de l’UB-612 a multiplié par plus de 40 les titres de liaison des IgG contre le RBD d’Omicron et par 30 à 50 contre les autres variantes du SRAS-CoV-2. Après le rappel UB-612, la perte des titres de neutralisation contre Omicron par rapport à la souche ancestrale D614G était significativement faible. En conséquence, la perte de titres d’anticorps anti-NAb détectée par un test de virus vivant n’était que de 1,4 fois, et celle détectée par un test de pseudovirus était de 5,5 fois.

Par rapport à la souche D614G, l’augmentation du rapport des titres d’IgG pour Alpha, Beta, Delta, Gamma et Omicron était de 0,91, 1,8, 1,4, 1,55 et 3,7 fois, respectivement, après la dose de rappel d’UB-612. Les réponses des anticorps se liant à la protéine S ont confirmé le degré de stabilité des rapports entre les anticorps IgG ancestraux et les anticorps IgG variants obtenus après la dose de rappel d’UB-612.

Notamment, la dose de rappel d’UB-612 a augmenté les niveaux d’anticorps IgG se liant aux protéines S et RBD et les titres moyens géométriques d’anticorps (GMT) autant qu’un schéma à deux doses de vaccins ARNm. Ainsi, les auteurs ont noté une augmentation de 16 et 13 fois des taux d’anticorps IgG se liant aux protéines S et RBD et des TGM de 2138 et 6767 (BAU/mL), respectivement, dans les échantillons de sérum des participants à la phase I ayant reçu l’UB-612.

Lire aussi :  Les chercheurs du HBP détectent sept nouvelles zones du cortex insulaire humain

Les doses de rappel des vaccins mRNA-1273, BNT162b2 ou Ad26.COV.S ont augmenté les titres d’anticorps anti-Omicron de 20 à 30 fois par rapport à la souche ancestrale ; cependant, les deuxième et troisième doses d’UB-612 ont provoqué des anticorps IgG à réaction croisée et des anticorps anti-Omicron qui sont restés stables dans le temps. De plus, le vaccin UB-612 a rappelé un pool de cellules B mémoire qui a produit des AcN contre des régions conservées des RBD de plusieurs variantes du SRAS-CoV-2.

Le modèle de l’étude prévoyait une VE de 80 % pour un régime à deux doses d’UB-612 contre la souche prototype, qui atteignait 95 % après la dose de rappel.

Conclusions

En résumé, une dose de rappel d’UB-612, un nouveau candidat vaccin, a non seulement provoqué des anticorps IgG et des titres d’anticorps nAb robustes contre 14 variantes du SRAS-CoV-2, dont Omicron, mais l’ampleur de cette réponse immunitaire correspondait à celle d’autres vaccins autorisés, dont mRNA-1273. L’immunisation par l’UB-612 a également stimulé les réponses des cellules T contre les régions conservées du S et les RBD de plusieurs variants.

Dans l’ensemble, l’UB-612 s’est révélé être un solide vaccin de rappel COVID-19, en particulier contre Omicron, avec le potentiel de combattre les variantes du SRAS-CoV-2 qui circulent actuellement et celles qui n’ont pas encore émergé.

*Avis important

bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et qui, par conséquent, ne doivent pas être considérés comme concluants, ni guider la pratique clinique/le comportement en matière de santé, ni être traités comme des informations établies.

Référence du journal :

  • Farshad Guirakhoo, Shixia Wang, Chang Yi Wang, Hui-Kai Kuo, Wen-Jiun Peng, Hope Liu, Lixia Wang, Marina Johnson, Adam Hunt, Mei Mei Hu, Thomas P. Monath, Alexander Rumyantsev, David Goldblatt. (2022). Niveaux élevés d’anticorps neutralisants contre le SRAS-CoV-2 Omicron après la vaccination de rappel UB-612. bioRxiv. doi: https://doi.org/10.1101/2022.03.18.484436 https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2022.03.18.484436v1