Accueil International Le président Sadr propose que « toutes les parties » quittent leurs postes au...

Le président Sadr propose que « toutes les parties » quittent leurs postes au gouvernement.

86
0

Depuis les élections d’octobre dernier, l’impasse politique a laissé le pays sans nouveau gouvernement en raison du désaccord entre les factions sur la formation d’une coalition.

Les partisans de Sadr organisent depuis des semaines un sit-in devant le parlement irakien.
(AA)

Le leader musulman chiite irakien Muqtada al Sadr a déclaré que « tous les partis », y compris le sien, devraient renoncer aux postes gouvernementaux afin d’aider à résoudre une crise politique qui dure depuis des mois.

Depuis l’invasion américaine de 2003 qui a renversé Saddam Hussein, l’Irak est gouverné selon un système de partage du pouvoir sectaire.

Mais depuis les élections d’octobre dernier, l’impasse politique a laissé le pays sans nouveau gouvernement, sans premier ministre ni président, en raison du désaccord entre les factions sur la formation d’une coalition.

Lire aussi :  Les Chiliens commencent à voter pour décider de la nouvelle constitution

Sadr et ses partisans ont appelé à la dissolution du Parlement et à de nouvelles élections, mais samedi, il a déclaré que cela n’était pas « si important ».

LIRE PLUS : Le principal organe judiciaire irakien suspend ses activités alors que les partisans de Sadr manifestent

Crise politique

Au contraire, il est « plus important » que « tous les partis et les personnalités qui ont participé au processus politique depuis l’occupation américaine en 2003 jusqu’à aujourd’hui n’y participent plus », a déclaré M. Sadr sur Twitter.

« Cela inclut le mouvement sadriste », a-t-il ajouté.

« Je suis prêt à signer un accord à cet effet dans les 72 heures », a-t-il dit, prévenant que sans une telle démarche, « il n’y aurait plus de place pour les réformes. »

Lire aussi :  Les avocats de la Maison Blanche de Trump vont comparaître devant le grand jury 1/6

Il n’a pas indiqué qui, selon lui, dirigerait un futur gouvernement.

Les partisans de Sadr organisent depuis des semaines un sit-in devant le Parlement irakien, après avoir initialement pris d’assaut l’intérieur de la législature, afin de faire valoir leurs revendications.

Mardi, ils ont également dressé des tentes devant le siège de l’organe judiciaire à Bagdad pendant plusieurs heures.

Les rivaux de Sadr au sein du Cadre de coordination pro-iranien souhaitent qu’un nouveau chef de gouvernement soit nommé avant la tenue de tout nouveau scrutin.

Le Premier ministre intérimaire Mustafa al Kadhimi a convoqué au début du mois des pourparlers de crise avec les chefs de parti, mais ils ont été boycottés par les Sadristes.

LIRE PLUS : La appelle au bon sens dans la crise politique en Irak

Source : AFP

Article précédentTürkiye : Le renforcement de la confiance entre la Russie et l’Ukraine se déroule bien
Article suivantLe gouvernement taliban accuse le Pakistan de fournir un espace aérien aux drones américains.
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.