Accueil International Le Mexique arrête un général pour la disparition de 43 étudiants

Le Mexique arrête un général pour la disparition de 43 étudiants

72
0

Un général de l’armée, qui commandait un bataillon dans la région du sud du où s’est produit l’incident de 2014, est l’un des trois suspects détenus, selon un responsable du gouvernement.

Des parents d’étudiants disparus participent à une manifestation organisée par des étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa à l’extérieur de la 35e zone militaire de Chilpancingo.
(Archives AFP)

Un général de l’armée mexicaine a été arrêté en lien avec la disparition de 43 étudiants en 2014, a annoncé le gouvernement – la dernière arrestation en date dans une affaire qui a suscité une condamnation internationale.

Le général, qui commandait un bataillon dans la région du sud du Mexique où l’incident s’est produit, est l’un des trois suspects détenus, a déclaré jeudi à la presse le vice-ministre de la Sécurité, Ricardo Mejia.

Il n’a pas identifié les suspects mais a précisé que les deux autres étaient également des militaires.

Lire aussi :  L'ONU renouvelle la mission de maintien de la paix de l'UE en Bosnie

Les procureurs ont annoncé le mois dernier que des mandats d’arrêt avaient été émis pour plus de 80 suspects dans cette affaire, dont 20 militaires, 44 policiers et 14 membres du cartel.

Le même jour, l’ancien procureur général Jesus Murillo Karam, qui a mené une enquête controversée sur la disparition massive, a été arrêté pour disparition forcée, torture et obstruction à la justice.

Cette affaire est l’une des pires tragédies en matière de droits de l’homme au Mexique, où une spirale de violence liée à la drogue a fait disparaître plus de 100 000 personnes.

LIRE LA SUITE :
Un colonel mexicain accusé d’avoir tué plusieurs étudiants disparus

Un crime d’État

Les étudiants avaient réquisitionné des bus dans l’État de Guerrero (sud du pays) pour se rendre à une manifestation à Mexico avant de disparaître.

Lire aussi :  Le compte de Donald Trump est de retour sur Twitter après le sondage Musk

Les enquêteurs affirment qu’ils ont été arrêtés par des policiers corrompus et remis à un cartel de la drogue qui les a pris pour des membres d’un gang rival, mais ce qui leur est arrivé exactement est contesté.

Selon un rapport officiel présenté en 2015 par le gouvernement d’Enrique Pena Nieto, alors président, les membres du cartel ont tué les étudiants et incinéré leurs restes dans une décharge.

Ces conclusions ont été rejetées par des proches, des experts indépendants et le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme.

Une commission de vérité chargée par le gouvernement le mois dernier d’enquêter sur l’atrocité a qualifié l’affaire de « crime d’État » impliquant des agents de diverses institutions.

Elle a déclaré que le personnel militaire portait une « responsabilité claire », soit directement, soit par négligence.

Jusqu’à présent, les restes de seulement trois victimes ont été identifiés.

LIRE PLUS :
Une commission mexicaine accuse l’armée d’être responsable de la disparition de 43 étudiants

Source : AFP

Article précédentQuel est l’impact des traitements COVID-19 ciblant le Neu1 intracellulaire ?
Article suivantPlus d’un million de personnes évacuées après le passage du typhon Muifa dans l’est de la Chine.
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.