Accueil Santé & Bien-être La lutte contre la variole du singe pendant le COVID-19

La lutte contre la variole du singe pendant le COVID-19

79
0

Dans un récent Virus

Étude : Travel-Related Monkeypox Outbreaks in the Era of COVID-19 Pandemic : Are We Prepared ? Crédit image : Dotted Yeti / Shutterstock.com

Étude : Crédit image : Dotted Yeti / Shutterstock.com

DĂ©couverte du virus de la variole du singe

Depuis avril 2022, plusieurs pays d’Europe, ainsi que le Royaume-Uni, l’Australie et les États-Unis, ont signalĂ© des foyers d’infection par le monkeypox. Bien que ces cas ne semblent pas ĂŞtre directement liĂ©s Ă  des voyages depuis des rĂ©gions endĂ©miques, le cas initial importĂ© dans chaque nation provenait du Nigeria.

En date du 16 juin 2022, plus de 1 300 cas d’infection par le virus de la variole du singe ont Ă©tĂ© signalĂ©s dans 28 pays diffĂ©rents Ă  travers le monde. Depuis la dĂ©couverte de l’infection par le monkeypox en 1970, il s’agit du plus grand nombre de cas jamais signalĂ©s en dehors de l’Afrique.

Distribution géographique des épidémies actuelles du virus de la variole du singe (MPXV). Les pays endémiques du MPXV ont connu des épidémies sporadiques depuis 2017. Nigeria (15), Cameroun (3), République centrafricaine (8), République démocratique du Congo (1238), Sierra Leone (0). Note : Pays non endémiques : Argentine (AR), Australie (AU), Autriche (AT), Belgique (BE), Canada (CA), République tchèque (CZ), Danemark (DK), Finlande (FI), France (FR), Allemagne (DE), Irlande (IE), Israël (IL), Italie (IT), Malte (MT), Mexique (MX), Pays-Bas (NL), Portugal (PT), Slovénie (SI), Espagne (ES), Suède (SE), Suisse (CH), Émirats arabes unis (AE), Royaume-Uni (GB), États-Unis (US). Pays endémiques : Cameroun (CM), République centrafricaine (CF), République démocratique du Congo (CD), Liberia (LR), Nigeria (NG), République du Congo (CG) et Sierra Leone (SL).Distribution géographique des épidémies actuelles du virus de la variole du singe (MPXV). Les pays endémiques du MPXV ont connu des épidémies sporadiques depuis 2017. Nigeria (15), Cameroun (3), République centrafricaine (8), République démocratique du Congo (1238), Sierra Leone (0). Note : Pays non endémiques : Argentine (AR), Australie (AU), Autriche (AT), Belgique (BE), Canada (CA), République tchèque (CZ), Danemark (DK), Finlande (FI), France (FR), Allemagne (DE), Irlande (IE), Israël (IL), Italie (IT), Malte (MT), Mexique (MX), Pays-Bas (NL), Portugal (PT), Slovénie (SI), Espagne (ES), Suède (SE), Suisse (CH), Émirats arabes unis (AE), Royaume-Uni (GB), États-Unis (US). Pays endémiques : Cameroun (CM), République centrafricaine (CF), République démocratique du Congo (CD), Liberia (LR), Nigeria (NG), République du Congo (CG) et Sierra Leone (SL).

Séquençage du génome des cas de monkeypox identifiés.

Au cours des Ă©pidĂ©mies de 2017 et 2018, une analyse gĂ©nomique de dix Ă©chantillons positifs pour le monkeypox a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e afin de mieux comprendre son origine. Plus prĂ©cisĂ©ment, cinq cas locaux du Nigeria, quatre cas exportĂ©s du Royaume-Uni, de Singapour et d’IsraĂ«l, ainsi qu’un cas de transmission hospitalière au Royaume-Uni, ont Ă©tĂ© soumis Ă  une analyse gĂ©nomique.

Lire aussi :  Des simulations de dynamique molĂ©culaire dĂ©voilent la dynamique conformationnelle de la protĂ©ine de pointe RBD du SRAS-CoV-2 et du rĂ©cepteur ACE2

Les rĂ©sultats de l’analyse gĂ©nomique ont indiquĂ© que les cas exportĂ©s Ă©taient associĂ©s au clade ouest-africain. En outre, ces cas partageaient un ancĂŞtre commun avec un cas local au NigĂ©ria ayant voyagĂ© dans trois États nigĂ©rians : Bayelsa, Delta et Rivers.

Par comparaison, l’analyse gĂ©nomique rĂ©alisĂ©e au cours de l’Ă©pidĂ©mie actuelle qui touche plusieurs pays indique que la souche de variole du singe en circulation appartient au clade ouest-africain. En outre, cette souche est Ă©troitement liĂ©e Ă  celle qui a Ă©tĂ© exportĂ©e du Nigeria lors des Ă©pidĂ©mies de 2018 et 2019.

Les cas de monkeypox qui ont Ă©tĂ© isolĂ©s dans l’Ă©pidĂ©mie actuelle n’ont pas d’antĂ©cĂ©dents de voyage dans des rĂ©gions endĂ©miques et, par consĂ©quent, ne sont pas Ă©pidĂ©miologiquement liĂ©s Ă  l’Afrique occidentale ou centrale. Cela indique que l’infection par le monkeypox est devenue d’actualitĂ© et que la transmission communautaire de l’infection est dĂ©sormais possible dans les rĂ©gions non endĂ©miques.

Impact de COVID-19 sur l’Ă©pidĂ©mie de monkeypox

Le premier cas de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) a été détecté au Nigeria en mars 2020. Compte tenu de la gravité du COVID-19, les chercheurs et les agences de santé publique du monde entier se sont concentrés sur la surveillance de la propagation du COVID-19.

Malgré la nécessité de ces mesures pour atténuer la pandémie actuelle, cette hyperfixation du COVID-19 entraîne un manque de surveillance et de suivi des cas de monkeypox au Nigeria. En outre, le nombre de personnes qui consultent un médecin pour une infection par le monkeypox a également considérablement diminué par crainte de contracter le COVID-19. Collectivement, ces facteurs ont augmenté la prévalence et le risque de variole du singe dans le monde.

Lire aussi :  Une Ă©tude suggère que le virus de la grippe saisonnière H1N1 pourrait ĂŞtre un descendant direct de la souche de la grippe de 1918 qui a provoquĂ© une pandĂ©mie mondiale de grippe.

Étant donnĂ© que la plupart des pays assouplissent dĂ©sormais les restrictions liĂ©es au COVID-19, l’augmentation des cas de variole du singe devient une prĂ©occupation sanitaire mondiale. Parmi les facteurs susceptibles d’accroĂ®tre le risque d’Ă©pidĂ©mies de variole du singe figurent la diminution de la protection croisĂ©e confĂ©rĂ©e par les vaccins antivarioliques, l’exposition accrue aux animaux sauvages et la consommation de viande animale, ainsi que le manque de connaissances et d’informations sur la variole du singe.

Comment prévenir une épidémie de monkeypox ?

Pour gĂ©rer l’Ă©pidĂ©mie actuelle, le virus de la variole du singe a Ă©tĂ© intĂ©grĂ© au système intĂ©grĂ© de surveillance et de rĂ©ponse aux maladies (IDSR) du Nigeria. NĂ©anmoins, il est nĂ©cessaire d’Ă©tendre les protocoles actuels de surveillance et de dĂ©tection dans les pays endĂ©miques et non endĂ©miques.

A ce jour, il n’existe aucun traitement disponible contre l’infection par la variole du singe. Par consĂ©quent, le vaccin JYNNEOS, actuellement approuvĂ© aux États-Unis pour la variole du singe et la variole, devrait ĂŞtre dĂ©ployĂ© Ă  l’Ă©chelle mondiale en tant que mesure prĂ©ventive, en particulier dans les populations Ă  haut risque.

Référence du journal :

  • Adegboye, O. A., Castellanos, M. E., Alele, F. O., et al. (2022). ÉpidĂ©mies de variole du singe liĂ©es aux voyages Ă  l’ère de la pandĂ©mie de COVID-19 : Sommes-nous prĂ©parĂ©s ? Virus. doi:10.3390/v14061283.
Article prĂ©cĂ©dentL’USS Indianapolis a coulĂ© ce jour-lĂ  en 1945 après avoir livrĂ© les composants internes de la bombe atomique larguĂ©e sur le Japon.
Article suivantPerspectives de la vaccination contre le monkeypox chez les professionnels de la santé en France et en Belgique
Apasionado del running, vegano a los 25 años y comercial de la ropa, me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en noviembre de 2021