Accueil Santé & Bien-être COVID-19 pendant la grossesse endommage la réponse immunitaire du placenta contre d’autres...

COVID-19 pendant la grossesse endommage la réponse immunitaire du placenta contre d’autres infections.

65
0

Une étude menée par l’UW Medicine a révélé que si une femme contracte le COVID-19 pendant sa grossesse, l’infection, même si elle est légère, endommage la réponse immunitaire du placenta à d’autres infections.

L’étude a été publiée le 17 septembre dans la revue American Journal of Obstetrics & Gynecology (en anglais).

Il s’agit de la plus grande étude réalisée à ce jour sur des placentas de femmes ayant eu du COVID-19 pendant leur grossesse. Nous avons été surpris de constater que les femmes ayant reçu du COVID-19 pendant leur grossesse avaient des placentas présentant une réponse immunitaire altérée à une nouvelle infection. »

Dr Kristina Adams Waldorf, auteur principal et professeur d’obstétrique et de gynécologie à la faculté de médecine de l’université de Washington.

Cette découverte, a ajouté Adams Waldorf, « n’est que la partie émergée de l’iceberg » quant à la manière dont COVID-19 pourrait affecter le développement du fœtus ou du placenta.

Au début de la pandémie, beaucoup pensaient que le COVID-19 ne semblait pas nuire au développement du fœtus parce qu’il y avait si peu de bébés nés avec une infection au COVID-19, a-t-elle noté.

« Mais ce que nous constatons maintenant, c’est que le placenta est vulnérable au COVID-19, et que l’infection modifie la façon dont le placenta fonctionne, ce qui à son tour est susceptible d’avoir un impact sur le développement du fœtus », a déclaré Adams Waldorf.

« Jusqu’à présent, les études sur la façon dont le COVID-19 pourrait affecter le développement du fœtus ou de l’enfant sont très limitées car les enfants sont encore très jeunes », a noté le Dr Helen Feltovich, co-auteur de l’étude, professeur et directrice médicale associée pour l’imagerie de la médecine maternelle et fœtale à Intermountain Healthcare dans l’Utah.

Lire aussi :  Traitement du COVID-19 par anticorps monoclonaux pendant la grossesse

« Notre étude suggère que les bébés nés de mères infectées par le COVID-19 à n’importe quel moment de leur grossesse devront être surveillés pendant leur croissance », a-t-elle ajouté.

Le placenta assure l’alimentation, l’oxygène et la protection immunitaire du fœtus jusqu’au moment de la naissance. Des études menées par Adams Waldorf ont montré que les femmes qui contractent le COVID-19 ont un taux de mortalité significativement plus élevé que les femmes qui ne le contractent pas. Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies, d’autres études ont montré que les femmes enceintes risquent davantage d’être hospitalisées ou d’accoucher prématurément.

On ne sait pas comment les différentes variantes de COVID-19 peuvent affecter la mère ou le fœtus, affirment Adams Waldorf et Feltovich.

« L’étude de chacun des variants en temps réel est un véritable défi », a déclaré Adams Waldorf, « car ils arrivent si vite que nous ne pouvons pas les suivre. Nous savons que la variante Delta de COVID-19 était pire pour les personnes enceintes, car il y a eu un pic de mortinatalité, de décès maternels et d’hospitalisations à cette époque. »

Quelle que soit la variante, Adams Waldorf souligne qu’il est important que les femmes n’attrapent pas le COVID-19.

Les femmes enceintes doivent d’abord être vaccinées et stimulées, puis continuer à se masquer et rester dans une bulle stricte de personnes également vaccinées et stimulées. Elle reconnaît que cela peut signifier s’isoler pendant toute la durée de la grossesse.

« La maladie peut être légère ou sévère, mais nous constatons toujours ces effets anormaux sur le placenta », a-t-elle déclaré. « Il semble qu’après avoir contracté le COVID-19 pendant la grossesse, le placenta est épuisé par l’infection, et ne peut pas récupérer sa fonction immunitaire ».

Lire aussi :  Limiter l'utilisation des médias récréatifs sur écran améliore l'activité physique des enfants

Dans cette étude, un total de 164 personnes enceintes ont été étudiées, comprenant 24 patientes saines non infectées comme groupe de contrôle et 140 personnes ayant contracté le COVID-19. Les deux groupes ont accouché à peu près au même moment, soit entre 37 et 38 semaines. Le taux de naissances prématurées était presque trois fois plus élevé chez les patientes atteintes du COVID-19 que chez les autres. Environ 75 % des patients atteints du COVID-19 étaient asymptomatiques ou présentaient des symptômes légers, selon l’étude.

Les tissus placentaires ont été obtenus avec l’accord des patients, soit par le biais de l’Intermountain Healthcare Research Institutional Review Board, à Salt Lake City, Utah, soit par la University of Washington Human Subjects Division. Les tissus placentaires ont été prélevés par des prestataires médicaux au moment de l’accouchement.

Ce travail a été soutenu principalement par un financement provenant de dons de charité et du National Institutes of Health AI143265. Le contenu relève de la seule responsabilité des auteurs et ne représente pas nécessairement les opinions officielles des National Institutes of Health ou d’autres bailleurs de fonds.

Source :

École de médecine de l’Université de Washington/UW Medicine

Référence du journal :

Coler, B., et al. (2022) Diminution de l’expression des gènes de l’immunité innée antivirale dans le placenta après une infection maternelle par le SRAS-CoV-2. American Journal of Obstetrics and Gynecology. doi.org/10.1016/j.ajog.2022.09.023.