Accueil Sports Commissaires de la F1 : Qui sont-ils, que font-ils et comment sont-ils...

Commissaires de la F1 : Qui sont-ils, que font-ils et comment sont-ils choisis ?

209
0

Les commissaires de Formule 1 font souvent la une des journaux lorsqu’ils sont contraints de distribuer des pĂ©nalitĂ©s qui n’ont pas Ă©tĂ© apprĂ©ciĂ©es par les fans.

Si la plupart des gens aimeraient que les batailles se règlent sur la piste, il est dans la nature de tout sport que quelqu’un doive interprĂ©ter les règles et les faire appliquer aussi Ă©quitablement que possible.

Ils sont lĂ  pour s’assurer que le règlement est respectĂ©, pas pour prendre la dĂ©cision la plus populaire. Et Ă  cet Ă©gard, rares sont ceux qui envient le travail des commissaires de F1.

La façon dont les commissaires travaillent en F1 a beaucoup évolué au fil des ans, notamment en raison de la technologie utilisée en F1 de nos jours.

Les commissaires ont accès Ă  des centaines d’angles de camĂ©ra, Ă  des donnĂ©es en direct, Ă  des messages radio des Ă©quipes et Ă  bien d’autres choses encore, et ils parviennent toujours Ă  prendre des dĂ©cisions en quelques minutes.

D’aucuns soutiennent que la F1 gagnerait Ă  avoir un règlement plus mince et Ă  laisser les pilotes rĂ©gler eux-mĂŞmes leurs diffĂ©rends.

Mais l’histoire suggère qu’il y aura toujours des moments litigieux, mĂŞme si le règlement est blanc et noir.

Michael Masi, Directeur de course, FIA, Emanuele Pirro, Commissaire aux pilotes, FIA, et d'autres membres de la FIA marchent sur le circuit.

Michael Masi, Directeur de Course, FIA, Emanuele Pirro, Pilote Steward, FIA, et d’autres membres de la FIA marchent sur le circuit.

Photo par : Andy Hone / Motorsport Images

Comment sont choisis les commissaires ?

Lors d’un week-end de Grand Prix, il y a un certain nombre d’officiels de course dont le travail consiste Ă  superviser les procĂ©dures, Ă  faire respecter les règles et Ă  s’assurer que tout le monde – des pilotes aux fans – est en sĂ©curitĂ© lorsque des voitures sont en piste.

Certains de ces officiels sont permanents et sont présents à chaque course. Ils comprennent le directeur de course et un starter permanent.

Ensuite, pour chaque grand prix, un panel de commissaires est nommé. Il leur incombe de délibérer et de prendre des décisions sur la base du règlement de la F1 et des codes sportifs de la FIA.

Trois des commissaires, dont l’un sera nommĂ© prĂ©sident, sont nommĂ©s par la FIA parmi les membres internationaux titulaires de la super licence FIA (diffĂ©rente de la super licence des pilotes).

Depuis un certain temps, l’un des membres de ce panel est un commissaire pilote, dont le rĂ´le est de s’assurer que le point de vue des pilotes est pris en compte lorsqu’il s’agit de statuer sur des incidents.

Un autre commissaire est nommĂ© par l’autoritĂ© sportive nationale de la course, qui propose Ă©galement le directeur de course.

Un commissaire agite le drapeau rouge

Un maréchal agite le drapeau rouge

Photo par : Mark Sutton / Motorsport Images

Que font les officiels et les commissaires ?

Le directeur de course a l’autoritĂ© suprĂŞme dans un certain nombre de domaines lors d’un week-end de Grand Prix. Il travaille avec le directeur de course pour donner des ordres.

Le directeur de course contrĂ´le les essais, les qualifications et la course, en s’assurant que le calendrier est correctement suivi. Si nĂ©cessaire, le directeur de course peut proposer des modifications de l’horaire, par exemple, si de fortes pluies retardent une sĂ©ance.

Il décide si les drapeaux rouges doivent être sortis pour arrêter les séances, il déploie la voiture de sécurité et la voiture de sécurité virtuelle, et donne des instructions aux voitures doublées pour les dépasser, entre autres responsabilités.

Le directeur de course doit être en contact permanent avec le directeur de course et tous les postes de commissaires pendant chaque session. Il est le point de contact entre le contrôle de la course et les travailleurs de la piste pour les informer de ce que le directeur de course a décidé.

Le travail du starter permanent consiste à superviser les procédures de départ au début des courses.

Cela implique d’activer la sĂ©quence d’extinction des feux une fois que les voitures sont alignĂ©es sur la grille et de s’assurer que les dĂ©parts arrĂŞtĂ©s sont effectuĂ©s en toute sĂ©curitĂ©.

Cette responsabilité était auparavant supervisée par Charlie Whiting, mais elle est devenue un rôle à part entière après son décès inattendu à la veille de la saison 2019.

Entre-temps, le travail des commissaires consiste à statuer sur les incidents de course et à appliquer des pénalités pour les infractions au code sportif et aux règlements techniques si elles leur ont été signalées par des officiels ou des délégués.

Ils peuvent s’appuyer sur toute sĂ©quence vidĂ©o ou information Ă©lectronique (par exemple, les donnĂ©es de tĂ©lĂ©mĂ©trie) pour les aider Ă  prendre leurs dĂ©cisions.

Comme le directeur de course, le prĂ©sident des commissaires doit ĂŞtre en contact permanent avec le directeur de course dès qu’il y a des voitures sur le circuit.

Lire aussi :  Norris espère que la FIA tirera les leçons de la dĂ©cision de Miami concernant les barrières de la F1 après les accidents.
Mika Salo et Charlie Whiting, délégué de la FIA

Mika Salo et Charlie Whiting, Délégué de la FIA

Photo par : Simon Galloway / Motorsport Images

Qui sont les principaux responsables de la Formule 1 ?

Le rĂ´le de directeur de course de la F1 sera partagĂ© par Eduardo Freitas et Niels Wittich en 2022, après que la FIA ait dĂ©mis Michael Masi de ses fonctions suite Ă  la fin controversĂ©e de la saison 2021 au GP d’Abu Dhabi. Masi avait repris le rĂ´le en 2019 après le dĂ©cès de Charlie Whiting.

Colin Haywood, vétéran du contrôle des courses de la F1, est revenu de sa retraite pour aider à la transition avec les nouveaux directeurs de course dans un rôle de directeur de course adjoint.

Le titulaire permanent est Christian Bryll, qui a pris le poste pour le Grand Prix de Bahreïn en 2019 lorsque les différentes fonctions de Whiting ont été séparées.

Le rôle du driver steward a été introduit au début de la saison 2010 de la F1 en réponse aux critiques selon lesquelles les décisions des stewards avaient été incohérentes.

Auparavant, les commissions de commissaires pouvaient ĂŞtre composĂ©es de personnes n’ayant aucune expĂ©rience de la course automobile, mais ce n’est plus le cas.

Parmi les noms cĂ©lèbres qui ont assumĂ© ce rĂ´le au cours de la dernière dĂ©cennie, citons l’ancien pilote Tyrrell et Williams Derek Daly, Tom Kristensen, neuf fois vainqueur au Mans, Emanuele Pirro, cinq fois vainqueur au Mans, Derek Warwick, ancien pilote de F1 et ancien prĂ©sident du British Racing Drivers’ Club (BRDC), Mick Doohan, cinq fois champion du monde de moto 500cc, ainsi que les anciens champions de F1 Emerson Fittipaldi, Alan Jones et Nigel Mansell.

En 2020, Vitantonio Liuzzi et Johnny Herbert ont Ă©tĂ© parmi les pilotes de F1 Ă  remplir ce rĂ´le, tandis que Vitaly Petrov – nommĂ© de manière controversĂ©e pour le Grand Prix du Portugal Ă  la suite de remarques sur la position antiraciste de Lewis Hamilton – a quittĂ© ses fonctions après le dĂ©cès de son père.

Derek Warwick, commissaire de la FIA

Derek Warwick, commissaire de la FIA.

Photo par : Mark Sutton / Motorsport Images

Moments notables des commissaires de F1

Les dĂ©cisions prises par les officiels et les commissaires de la F1 ont suscitĂ© la controverse tout au long de l’histoire de la sĂ©rie.

Bien que les fans semblent dĂ©tester l’idĂ©e que les rĂ©sultats sur la piste soient modifiĂ©s après la chute du drapeau Ă  damiers, les pĂ©nalitĂ©s d’après-course ont donnĂ© lieu Ă  des moments mĂ©morables et dĂ©terminants pour le championnat.

Toutes les décisions officielles ne sont pas prises après la course.

Le Grand Prix de Monaco 1984 en est un excellent exemple : le jeune Ayrton Senna s’Ă©tait qualifiĂ© en 13e position dans une Toleman peu compĂ©titive, mais une pluie torrentielle le jour de la course a permis au BrĂ©silien d’exercer son talent suprĂŞme et de grimper dans le classement.

Poursuivant le leader Alain Prost, Senna semblait pouvoir prĂ©tendre Ă  la victoire et le Français – qui souffrait d’un problème de freins – a commencĂ© Ă  faire des signes furieux aux officiels dans la pitlane pour que la course soit signalĂ©e par un drapeau rouge.

Le directeur de course Jacky Ickx l’a fait Ă  la fin du 32e tour. Bien que Senna ait dĂ©passĂ© Prost, qui ralentissait, avant la ligne d’arrivĂ©e, c’est Prost qui a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© vainqueur sur la base du classement du tour prĂ©cĂ©dent.

Cependant, il n’a marquĂ© que 4,5 points pour la victoire (au lieu des neuf habituels) car 75% de la course n’avait pas Ă©tĂ© effectuĂ©e. Plus tard cette annĂ©e-lĂ , il est battu au titre par Niki Lauda pour un demi-point seulement.

Senna et Prost seront Ă  nouveau au centre de la controverse cinq ans plus tard, lorsque les deux pilotes – dĂ©sormais coĂ©quipiers chez McLaren et luttant pour le titre – se heurtent au Grand Prix du .

Alain Prost, McLaren, Ayrton Senna, McLaren

Alain Prost, McLaren, Ayrton Senna, McLaren

Photo par : Sutton Images

L’impact a mis hors course le leader du championnat, Prost, mais Senna a pu repartir et a finalement pris la tĂŞte Ă  quelques tours de l’arrivĂ©e.

Cependant, Ă  l’issue de la course, les commissaires ont dĂ©cidĂ© que Senna avait rejoint la piste illĂ©galement, disqualifiant le BrĂ©silien et donnant le championnat Ă  Prost avec une course d’avance.

L’un des rĂ©sultats les plus Ă©tranges de la F1 s’est produit lors du Grand Prix de Grande-Bretagne Ă  Silverstone en 1998.

Mika Hakkinen menait de loin la course sous la pluie, mais un tête-à-queue a endommagé sa McLaren et une voiture de sécurité a rapidement effacé son avance. Lorsque la course a repris, Michael Schumacher est passé devant au volant de sa Ferrari, apparemment en route pour une victoire confortable.

Lire aussi :  Les sept facteurs qui permettent Ă  Verstappen de dominer la F1 en 2022.

Cependant, Ă  deux tours de l’arrivĂ©e, Schumacher a reçu une pĂ©nalitĂ© de 10 secondes pour avoir dĂ©passĂ© derrière la voiture de sĂ©curitĂ©.

Ne sachant pas si la pĂ©nalitĂ© devait ĂŞtre considĂ©rĂ©e comme un arrĂŞt ou si elle serait ajoutĂ©e Ă  son temps d’arrivĂ©e, Ferrari a appelĂ© Schumacher aux stands dans le dernier tour.

Cela signifiait qu’il pouvait purger sa pĂ©nalitĂ© Ă  ce moment-lĂ , mais comme le stand de Ferrari Ă©tait situĂ© au-delĂ  du drapeau Ă  damier, l’Allemand a terminĂ© la course dans la pitlane avant de purger sa pĂ©nalitĂ©.

Podium : Michael Schumacher, Ferrari, vainqueur de la course, Mika Hakkinen, McLaren, deuxième, Eddie Irvine, Ferrari, troisième.

Podium : vainqueur de la course Michael Schumacher, Ferrari, deuxième place Mika Hakkinen, McLaren, troisième place Eddie Irvine, Ferrari

Photo par : Sutton Images

McLaren a protestĂ© contre le rĂ©sultat, mais Ferrari a finalement fait valoir auprès de la FIA que la pĂ©nalitĂ© avait Ă©tĂ© infligĂ©e trop tard compte tenu du moment oĂą l’infraction avait Ă©tĂ© commise – et que la nature exacte de la pĂ©nalitĂ© n’avait pas Ă©tĂ© prĂ©cisĂ©e.

Lors d’une audience complète de la Cour d’appel internationale de la FIA, il a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© que les commissaires avaient commis plusieurs erreurs ce jour-lĂ . Schumacher a Ă©tĂ© autorisĂ© Ă  conserver sa quatrième victoire de la saison.

MĂŞme si les pratiques se sont considĂ©rablement amĂ©liorĂ©es depuis les dĂ©buts du championnat, les commissaires de F1 peuvent encore diviser l’opinion par leurs dĂ©cisions.

Cela peut arriver parfois lorsqu’ils font leur travail correctement et qu’ils appliquent les règles comme elles devraient l’ĂŞtre.

Max Verstappen a Ă©tĂ© sorti de la salle de repos quelques secondes avant de monter sur le podium après avoir Ă©tĂ© pĂ©nalisĂ© pour son dĂ©passement de dernière minute sur Kimi Raikkonen au Grand Prix des États-Unis en 2017, alors qu’il avait pris la position en sortant de la piste et en entrant dans les bordures.

Bien que ses actions aient Ă©tĂ© une violation claire des règles, cela n’a pas empĂŞchĂ© nombre de ses supporters de penser qu’il avait Ă©tĂ© injustement traitĂ©.

Le dĂ©passement de Verstappen a de nouveau fait l’objet d’un examen minutieux lors du Grand Prix d’Autriche en 2019, en heurtant les roues de Charles Leclerc alors qu’il dĂ©passait le jeune pilote Ferrari pour prendre la tĂŞte dans les derniers instants de la course.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB15, entre en collision avec Charles Leclerc, Ferrari SF90.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB15, percute Charles Leclerc, Ferrari SF90.

Photo par : Lorenzo Bellanca / Motorsport Images

Il a fallu plusieurs heures aux commissaires pour terminer leur enquête et confirmer que le Néerlandais avait bel et bien remporté le Grand Prix.

Cela s’est produit quelques semaines après que Sebastian Vettel ait Ă©tĂ© privĂ© de la victoire au Grand Prix du Canada.

L’Allemand a brièvement perdu le contrĂ´le de sa Ferrari au Circuit Gilles Villeneuve, et les commissaires ont dĂ©cidĂ© que la façon dont il a rejoint la piste avait injustement gĂŞnĂ© Lewis Hamilton.

Bien que le Britannique n’ait pas Ă©tĂ© en mesure de le dĂ©passer, la pĂ©nalitĂ© de cinq secondes infligĂ©e Ă  Vettel a permis Ă  Hamilton de suivre le rythme de son rival pour remporter la victoire.

En signe de protestation après la course, Vettel s’est dirigĂ© vers les tableaux de numĂ©ros dans le parc ferme, a jetĂ© le marqueur de deuxième place devant la Mercedes de Hamilton et a mis le tableau de première place devant l’espace vide oĂą sa propre Ferrari – garĂ©e au bout de la voie des stands – aurait dĂ» ĂŞtre. Pour le plus grand plaisir des fans voisins.

Sebastian Vettel, Ferrari, 2ème position, échange les panneaux de position en protestation d'une pénalité qui lui a coûté la victoire.

Sebastian Vettel, Ferrari, 2ème position, change de position pour protester contre une pénalité qui lui a coûté la victoire.

Photo : Steve Etherington / Motorsport Images

Qui sont les commissaires du Grand Prix d’Arabie Saoudite 2022 ?

Les quatre commissaires qui travailleront sur la deuxième course de la saison 2022 sont :

Nish Shetty – Nish Shetty siège en tant que juge Ă  la Cour d’appel internationale de la FIA et est chef de l’Association des sports motorisĂ©s de Singapour.
Matteo Perini – Perini a commencĂ© sa carrière dans le sport automobile en 2005 et est commissaire national en Italie depuis 2015. Il est le plus jeune commissaire de son pays et a prĂ©cĂ©demment Ă©tĂ© commissaire permanent dans le championnat italien de F4 et le championnat europĂ©en de Formule rĂ©gionale.
Enrique Bernoldi – L’ancien pilote de F1, Champ Car, IndyCar, WEC et FIA GT1 possède une riche expĂ©rience de pilote et compte 29 participations Ă  des grands prix.
Hassan Alabdali – Alabdali est le commissaire national pour ce week-end. Son implication dans le sport automobile remonte Ă  15 ans, en commençant par la Buraidah International Cup, et plus rĂ©cemment, il a fait partie de l’Ă©quipe d’organisation derrière le Saudi Arabian E-Prix en Formule E pour la saison 2019-20.

Article prĂ©cĂ©dentUn chercheur de l’UniversitĂ© de l’Alberta reçoit 436 642 dollars des NIH pour Ă©tudier les effets du SRAS-COV-2 sur la valve aortique.
Article suivant6 tactiques clés que les professionnels utilisent pour obtenir une confidentialité totale
Ingeniero mecánico de formación, trabajé en la industria durante 10 años, sobre todo en el sector nuclear. Llevo varios años trabajando como redactor web, utilizando mis conocimientos técnicos para escribir artículos sobre temas específicos, como las finanzas,