Accueil International Bolsonaro et Lula s’affrontent lors du premier débat électoral au Brésil.

Bolsonaro et Lula s’affrontent lors du premier débat électoral au Brésil.

84
0

Le débat a été animé mais est resté civilisé à l’écran, ce qui n’est pas le cas dans la salle de presse où les tensions ont éclaté au grand jour entre les entourages de Lula et de Bolsonaro.

Simone Tebet, candidate à la présidence du Mouvement démocratique brésilien (MDB), lève la main sous le regard du président brésilien Jair Bolsonaro, candidat à la présidence du Parti libéral (PL), et de l’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, candidat à la présidence du Parti des travailleurs (PT), lors du premier débat présidentiel en vue des élections nationales, à Sao Paulo, au Brésil, le 28 août 2022.
(Carla Carniel / Reuters)

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro a accusé son rival de gauche Luiz Inacio Lula da Silva de corruption massive et s’est vu reprocher en retour de « détruire le Brésil », lors de leur premier débat électoral.

Les deux candidats, qui ont attendu la dernière minute pour confirmer leur participation au premier débat télévisé avant les élections d’octobre, n’ont pas perdu de temps pour s’attaquer mutuellement à Sao Paulo.

Bolsonaro a traité Lula de « voleur » dans sa première salve, en attaquant l’ex-président de 76 ans sur l’énorme scandale de corruption « Car Wash » centré sur le géant pétrolier public Petrobras.

L’enquête a conduit Lula en prison de 2018 à 2019 pour des accusations controversées de corruption – annulées par la Cour suprême l’année dernière.

« Votre gouvernement a été le plus corrompu de l’histoire du Brésil », a déclaré Bolsonaro, 67 ans, énumérant les chiffres du scandale Petrobras dans une attaque rapide.

« C’était une kleptocratie, un gouvernement basé sur le vol….. Pourquoi voulez-vous revenir au pouvoir ? Pour refaire la même chose à Petrobras ? »

Lula a répliqué que Bolsonaro répandait des « contrevérités » – l’un des nombreux échanges au cours desquels ils se sont accusés mutuellement de mentir – et a accusé à son tour le président sortant de détruire l’héritage de croissance économique et d’initiatives de lutte contre la pauvreté que Lula a laissé en tant que président.

« Ce pays a été détruit », a-t-il déclaré de sa voix graveleuse caractéristique.

Chauffé sur la touche

Vêtus de costumes sombres et de cravates – bleu rayé pour Bolsonaro, rouge pour Lula – les candidats ont eu de nombreux échanges enflammés, mais ils ont respecté les règles et gardé un comportement relativement civilisé.

Mais la tension a éclaté au grand jour dans la salle de presse où leurs entourages étaient présents.

Andre Janones, législateur pro-Lula, et Ricardo Salles, ex-ministre de l’environnement de Bolsonaro, se sont violemment disputés et ont dû être éloignés l’un de l’autre.

En tout, six des douze candidats présidentiels en lice étaient présents sur la scène éclairée par des néons bleus.

Mais tous les regards dans ce géant sud-américain de 213 millions d’habitants, profondément polarisé, étaient tournés vers le favori Lula, l’ancien ouvrier métallurgiste populaire mais terni qui a dirigé le Brésil de 2003 à 2010, et son ennemi juré, Bolsonaro, le leader surnommé le « Trump des Tropiques », qui est en lice pour une victoire par ricochet.

Lula devance Bolsonaro de 47 % contre 32 %, selon le dernier sondage de l’institut Datafolha.

Si aucun candidat ne remporte plus de 50 % des votes valides au premier tour, le 2 octobre, l’élection se terminera par un second tour le 30 octobre.

LIRE PLUS :
Des milliers de personnes se rassemblent au Brésil pour « défendre la démocratie ».

Source : AFP

Lire aussi :  Le roi Charles III prononce son premier discours devant le Parlement britannique après la mort de la reine.
Article précédentIdentification d’un nouveau mécanisme utilisé par le SRAS-CoV-2 pour supprimer les réponses antivirales et rendre la cellule plus permissive à l’infection.
Article suivantLe clerc irakien Muqtada al Sadr quitte la politique
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.