Accueil Sports BMW : Aucun intérêt actuel à entrer en Formule 1

BMW : Aucun intérêt actuel à entrer en Formule 1

62
0

Suite à la finalisation de la mise à jour de la réglementation des moteurs pour 2026, augmentant la quantité d’énergie électrique et rendant obligatoire l’utilisation de carburants électroniques, la F1 a fait l’objet d’un nouvel intérêt de la part des constructeurs.

Audi a annoncé le mois dernier qu’elle entrerait en tant que motoriste à partir de 2026, tandis que Porsche, marque sœur du groupe Volkswagen, reste intéressée par une entrée en F1 malgré l’abandon de son partenariat prévu avec Red Bull après une rupture des négociations.

Honda envisagerait également un retour en 2026 après avoir mis fin à sa participation l’année dernière, tout en conservant des liens techniques avec Red Bull.

Avec Mercedes déjà sur la grille, Audi qui arrive, Porsche qui s’intéresse à la question et la marque Volkswagen qui n’a plus d’activités de sport automobile, BMW reste le seul grand constructeur allemand.

Mais dans une interview accordée au site web frère d’Autosport, Motorsport-Total.com, les responsables de BMW ont clairement indiqué que la F1 n’était pas dans leur ligne de mire.

Andreas Roos, directeur de BMW M Motorsport, a déclaré que l’absence de la F1 n’était « pas un problème pour nous » car BMW n’était « absolument pas intéressé pour le moment ».

Lire aussi :  Ferrari proteste contre les deux Red Bull dans le résultat du GP de Monaco pour avoir croisé la sortie des stands.

« Je pense qu’il faut aussi être réaliste », a déclaré Roos, qui a succédé à Mike Krack, actuel directeur de l’écurie F1, en tant que patron du sport automobile de BMW.

« Vous avez un investissement très élevé en Formule 1, et jusqu’à ce que cela revienne, vous devez être très performant pendant très longtemps. Nous sommes donc heureux du grand bouquet de projets que nous avons actuellement dans le sport automobile. »

Robert Kubica, BMW Sauber F1.09

Robert Kubica, BMW Sauber F1.09

Photo : Glenn Dunbar / Motorsport Images

BMW a été présent en F1 entre 2000 et 2009, travaillant d’abord avec Williams avant de faire de Sauber son équipe d’usine en 2006. L’équipe BMW a remporté une victoire lors du Grand Prix du Canada 2008 avant de se retirer soudainement de la F1 à la fin de l’année 2009.

Bien qu’elle ait été associée à un retour potentiel en F1, étant donné le niveau d’intérêt des constructeurs ces derniers temps et le changement des règles de motorisation, BMW a clairement indiqué que son objectif était de se concentrer sur son nouveau programme LMDh.

Lire aussi :  Horner : Red Bull est heureux que Verstappen ou Perez soit champion.

La nouvelle voiture BMW LMDh fera ses débuts en IMSA l’année prochaine avant de s’étendre au Championnat du monde d’endurance à partir de 2024, date à laquelle elle reviendra également se battre pour les honneurs du classement général aux 24 heures du Mans.

« Nous sommes virtuellement déjà pleinement dans l’électrification et la transformation vers l’électrification », a expliqué Roos. « LMDh s’y inscrit parfaitement – et pas seulement en 2026, lorsque la Formule 1 ira dans cette direction. De ce point de vue, c’est le bon moment pour nous de faire LMDh maintenant. « 

Frank van Meel, le PDG de BMW M Motorsport GmbH, a reconnu la valeur marketing et la portée de la course en F1, mais a déclaré que BMW ne « fait pas du sport automobile uniquement pour des raisons de marketing. »

« Nous voulons dériver quelque chose pour la série et nous développer ensemble », a déclaré van Meel.

« C’est pourquoi LMDh est clairement plus important pour nous que la Formule 1. C’est trop loin de nos produits de série M, mais aussi trop loin dans le temps avec le sujet de l’électrification. »

Article précédent5 choses à savoir sur Giorgia Meloni – la favorite des élections italiennes
Article suivantBlog en direct : La Russie remplace un général chargé de la logistique dans un contexte de mobilisation
Ingeniero mecánico de formación, trabajé en la industria durante 10 años, sobre todo en el sector nuclear. Llevo varios años trabajando como redactor web, utilizando mis conocimientos técnicos para escribir artículos sobre temas específicos, como las finanzas,