Accueil International AGNU : Erdogan cherche une « issue digne » au conflit Russie-Ukraine

AGNU : Erdogan cherche une « issue digne » au conflit Russie-Ukraine

72
0

« J’invite les organisations internationales et tous les pays Ă  soutenir sincèrement les efforts de paix de la TĂĽrkiye », dĂ©clare le prĂ©sident Erdogan lors de son discours Ă  la session d’ouverture de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies.

Le prĂ©sident Erdogan s’est entretenu par tĂ©lĂ©phone avec le prĂ©sident ukrainien Volodymyr Zelenskyy quelques instants avant son discours.
(AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à une « sortie digne » de la crise russo-ukrainienne qui dure depuis sept mois.

« Ensemble, nous devons trouver une solution diplomatique raisonnablement pratique qui permettra aux deux parties de sortir dignement de la crise », a dĂ©clarĂ© Erdogan lors de la session d’ouverture de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies mardi.

Il s’est entretenu par tĂ©lĂ©phone avec le prĂ©sident ukrainien Volodymyr Zelenskyy quelques instants avant de s’adresser Ă  la session d’ouverture de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale des Nations unies avec un appel urgent Ă  la paix.

Il a dĂ©clarĂ© qu’une paix durable doit ĂŞtre fondĂ©e sur la protection de l’intĂ©gritĂ© territoriale de l’Ukraine.

« Nous continuerons Ă  accroĂ®tre nos efforts pour mettre fin Ă  la guerre qui a de nouveau Ă©clatĂ© ces derniers jours sur la base de l’intĂ©gritĂ© territoriale et de l’indĂ©pendance de l’Ukraine.

« J’invite les organisations internationales et tous les pays Ă  soutenir sincèrement les efforts de la TĂĽrkiye. »

LIRE PLUS :
L’hiver du mĂ©contentement mondial : Guterres ouvre le sommet de l’ONU par un avertissement sĂ©vère.

L’une des plus grandes rĂ©alisations de l’ONU

L’accord nĂ©gociĂ© par la pour reprendre les exportations de cĂ©rĂ©ales ukrainiennes est l’une des plus grandes rĂ©ussites de l’ONU ces dernières annĂ©es, a dĂ©clarĂ© Erdogan.

« Grâce Ă  nos efforts intenses avec le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONU Antonio Guterres, nous avons fait en sorte que les cĂ©rĂ©ales ukrainiennes atteignent le monde via la mer Noire », a ajoutĂ© Erdogan.

« Cet accord, qui revĂŞt une importance cruciale pour le maintien de l’approvisionnement mondial en cĂ©rĂ©ales, est l’une des plus grandes rĂ©alisations de l’ONU ces dernières annĂ©es. »

Lire aussi :  Le Myanmar condamne Ă  un an de prison l'ancien ambassadeur britannique et son Ă©pouse

La Turquie, l’ONU, la Russie et l’Ukraine ont signĂ© un accord Ă  Istanbul le 22 juillet pour relancer les exportations de cĂ©rĂ©ales Ă  partir de trois ports ukrainiens de la mer Noire, qui ont Ă©tĂ© interrompues après le dĂ©but du conflit Russie-Ukraine en fĂ©vrier.

LIRE PLUS :
TĂĽrkiye : L’accord sur les cĂ©rĂ©ales pourrait relancer les nĂ©gociations Russie-Ukraine

La Grèce transforme la mer Égée en cimetière de réfugiés « .

Erdogan s’en prend Ă  la Grèce pour sa « persĂ©cution » des migrants en mer ÉgĂ©e et en MĂ©diterranĂ©e orientale.

« Alors que nous luttons pour empĂŞcher la mort d’autres bĂ©bĂ©s comme Aylan (Kurdi), la Grèce transforme la mer ÉgĂ©e en un cimetière de rĂ©fugiĂ©s avec ses repoussoirs illĂ©gaux et imprudents », a dĂ©clarĂ© Erdogan.

La crise des rĂ©fugiĂ©s ne peut ĂŞtre rĂ©solue en plaçant des personnes innocentes Ă  la recherche d’un avenir meilleur dans des camps de concentration ou en les laissant mourir sur des bateaux, a-t-il ajoutĂ©.

« Il est grand temps que l’Europe et l’ONU mettent un terme Ă  ces atrocitĂ©s qui s’apparentent Ă  des crimes contre l’humanité », a-t-il dĂ©clarĂ©.

LIRE PLUS :
La Turquie publie des images accablantes du refoulement illégal des migrants par la Grèce.

« Alors que nous luttons pour empĂŞcher la mort d’autres bĂ©bĂ©s comme Aylan (Kurdi), la Grèce transforme la mer ÉgĂ©e en un cimetière de rĂ©fugiĂ©s avec ses repoussoirs illĂ©gaux et imprudents », dĂ©clare Erdogan.
(AFP)

Oppression des Chypriotes turcs

Ankara et les groupes mondiaux de dĂ©fense des droits ont condamnĂ© Ă  plusieurs reprises la pratique illĂ©gale de la Grèce consistant Ă  repousser les demandeurs d’asile dans les eaux turques et Ă  leur refuser l’entrĂ©e sur le territoire, affirmant qu’elle viole les valeurs humanitaires et le droit international en mettant en danger la vie des migrants vulnĂ©rables, notamment les femmes et les enfants.

« Nous attendons de la Grèce qu’elle renonce Ă  sa politique de provocations et qu’elle tienne compte de nos appels Ă  la coopĂ©ration », a affirmĂ© Erdogan.

Il a Ă©galement exhortĂ© la communautĂ© internationale Ă  faire des efforts pour mettre fin Ă  l’oppression des Chypriotes turcs, et Ă  reconnaĂ®tre officiellement la RĂ©publique turque de Chypre du Nord « dès que possible. »

En plus de ses refoulements inhumains de migrants irrĂ©guliers, la Grèce mène Ă©galement des « politiques discriminatoires et oppressives » Ă  l’encontre de la minoritĂ© turque musulmane, a-t-il ajoutĂ©.

La Turquie espère que la Grèce mettra fin Ă  ces actions problĂ©matiques et que les organisations internationales, notamment l’UE, cesseront de fermer les yeux sur ses « pratiques inhumaines et illĂ©gales », a soulignĂ© M. Erdogan.

Lire aussi :  La NASA reporte Ă  nouveau sa mission Artemis

LIRE PLUS :
Une structure injuste : Le Conseil de sĂ©curitĂ© des Nations unies doit ĂŞtre rĂ©formĂ© – TĂĽrkiye

Conflit en Syrie

Au sujet de la crise syrienne, Erdogan a rĂ©itĂ©rĂ© l’importance de trouver une solution durable, conforme aux attentes lĂ©gitimes du peuple et basĂ©e sur la rĂ©solution 2254 du Conseil de sĂ©curitĂ© des Nations unies.

« La poursuite de l’impasse menace de plus en plus Ă  la fois la sĂ©curitĂ© et la stabilitĂ© de notre rĂ©gion et l’intĂ©gritĂ© territoriale de la Syrie », a-t-il dĂ©clarĂ©.

On ne peut attendre d’Ankara qu’elle reste indiffĂ©rente au PKK et Ă  ses ramifications qui mènent des attaques terroristes contre la Turquie, ses forces de sĂ©curitĂ© et ses civils, et menacent l’intĂ©gritĂ© territoriale de la Syrie, a dĂ©clarĂ© Erdogan.

« Nous invitons ceux qui tentent de lĂ©gitimer ce groupe terroriste par des astuces faciles comme le changement de nom Ă  cesser immĂ©diatement d’armer et de soutenir les terroristes, et Ă  corriger leurs erreurs », a-t-il ajoutĂ©.

Ankara est prĂŞt Ă  travailler avec quiconque souhaite contribuer Ă  la sĂ©curitĂ© et au bien-ĂŞtre de la rĂ©gion en coopĂ©rant avec la TĂĽrkiye, plutĂ´t qu’avec des organisations terroristes et des rĂ©gimes « cruels », a soulignĂ© le prĂ©sident.

« Nous affirmons fermement que nous sommes capables de prendre toutes sortes de mesures contre le terrorisme et que nous n’hĂ©siterons jamais Ă  faire ce qui est nĂ©cessaire contre les organisations terroristes », a-t-il ajoutĂ©.

LIRE PLUS : La Turquie attend des États-Unis qu’ils coopèrent contre le terrorisme des YPG/PKK et de FETO – Erdogan

La solution Ă  deux Etats

Erdogan a Ă©galement rĂ©affirmĂ© que la Turquie soutient fermement une solution Ă  deux États au conflit israĂ©lo-palestinien, qu’Ankara considère comme essentielle pour l’Ă©tablissement d’une paix et d’une stabilitĂ© permanentes au Moyen-Orient.

« Il n’y a pas d’autre possibilitĂ© pour une solution juste, durable et globale que la crĂ©ation d’un État palestinien indĂ©pendant et souverain avec JĂ©rusalem-Est comme capitale », a-t-il dĂ©clarĂ©.

Il est essentiel de respecter l’identitĂ© historique et culturelle de JĂ©rusalem, de mettre fin aux activitĂ©s de colonisation illĂ©gales dans les terres occupĂ©es et d’assurer la sĂ©curitĂ© de la vie et des biens des Palestiniens, a ajoutĂ© le prĂ©sident.

« Nous sommes dĂ©terminĂ©s Ă  continuer Ă  dĂ©velopper nos relations avec IsraĂ«l dans l’intĂ©rĂŞt de la paix, de la stabilitĂ© et de l’avenir de nous-mĂŞmes, de ce pays, du peuple palestinien et de la rĂ©gion », a dĂ©clarĂ© Erdogan.

LIRE PLUS : La Turquie appelle à une paix durable au Moyen-Orient pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Source : fr.palestinaliberation.com et agences

Article précédentLes sialoglycanes O-liés affectent le clivage de la pointe du SRAS-CoV-2
Article suivantLe Japon subit les conséquences du typhon meurtrier Nanmadol
Soy un viajero de 29 años y vendedor en una tienda de prêt-à-porter. Me incorporé al equipo de redacción de AltaVision.news en octubre de 2021.