septembre 19, 2021

Covid-19 : sept syndicats de sapeurs-pompiers expriment leur opposition à la vaccination obligatoire

2 min read

Ils font partie des professions pour lesquelles la vaccination devrait devenir obligatoire à compter du 15 septembre.

Ils y voient une « atteinte aux libertés individuelles ». Sept syndicats représentatifs des sapeurs-pompiers demandent le retrait, pour leur profession, de l’obligation de vaccination contre le Covid-19, dans un communiqué commun adressé aux parlementaires, lundi 19 juillet. Le projet de loi portant sur les nouvelles restrictions pour enrayer la circulation du virus, dont la vaccination obligatoire de certaines professions à partir du 15 septembre, a été présenté lundi en Conseil des ministres et doit être débattu mercredi à l’Assemblée nationale.

En attendant, les sept syndicats de pompiers affichent leur désaccord envers cette obligation. « Nous ne sommes pas contre la vaccination, mais contre son obligation », assure Sébastien Delavoux, animateur collectif CGT des agents Sdis, contacté par franceinfo. Pour le syndicaliste, l’employeur a manqué de pédagogie. « On ne s’est pas donné les moyens de convaincre les pompiers de se faire vacciner, défend-il. Cette manière de l’imposer sous la menace d’une sanction a rebuté les hésitants. »

Les organisations syndicales pointent également du doigt le « climat de défiance » qu’a instauré le gouvernement. « Au début de la pandémie on nous a dit qu’on ne courait aucun risque et on nous a envoyés au front sans protections », se remémore Xavier Boy, président de la Fédération autonome des sapeurs pompiers professionnels et des personnels administratifs et techniques spécialisés (FA SPP PATS), contacté par franceinfo. « Puis on a demandé aux sapeurs-pompiers qui étaient malades et sans symptômes de venir travailler, et maintenant, alors que nous sommes en bonne santé, on nous oblige à nous vacciner pour protéger la population », relate le syndicaliste, qui redoute une stigmatisation des pompiers non vaccinés.

Cette obligation cristallise aussi une discrimination au sein de la corporation, entre les sapeurs-pompiers professionnels et les volontaires, selon les syndicats. Car si les premiers, tenus par le Code du travail, risquent une suspension de deux mois sans salaire puis un licenciement pour non-respect de l’obligation, les seconds, étant volontaires, ne sont contraints en rien. « S’ils veulent rentrer chez eux, on ne peut pas les en empêcher », précise Sébastien Delavoux, qui redoute une désaffection. Or, « environ 80% des effectifs sont des pompiers volontaires et s’ils décident de se mettre en suspension de contrat, nous manquerons encore plus d’effectifs, notamment dans les centres de vaccination », s’inquiète-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *