Paris: Les Européens ne devraient pas avoir à payer pour le retrait des Etats-Unis

fr.Palestina Libération│PARIS.- La France a critiqué les Etats-Unis pour avoir repris les sanctions contre les compagnies étrangères qui commercent avec l'Iran, et a souligné que l'Europe n'aurait pas à supporter les conséquences de la sortie unilatérale de Washington de l'accord nucléaire multilatéral avec Téhéran.


"Les Européens ne devraient pas avoir à payer pour le retrait des Etats-Unis d'un accord auquel ils ont eux-mêmes contribué", a déclaré jeudi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en référence au pacte nucléaire signé en 2015 par l'Iran. Groupe 5 + 1 (États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine, plus Allemagne), dont Washington est parti mardi.

Le département américain du Trésor a annoncé mardi que toutes les sanctions appliquées par Washington à l'Iran sur la question nucléaire seront à nouveau en vigueur à partir du 4 novembre 2018. Et le même jour, John Bolton, US National Security Advisor, a fixé une date limite pour le départ des entreprises les étrangers du pays persan, s'ils ne voulaient pas être punis.

Le chef de la diplomatie du gala a qualifié ces conditions d '"inacceptables", estimant que Washington devait négocier avec ses alliés européens toutes les sanctions susceptibles d'affecter leurs entreprises.

"Nous pensons que l'extraterritorialité de ses mesures restrictives est inacceptable", a déclaré Le Drian dans une interview exclusive au journal local Le Parisien.

Il a déclaré que les Etats européens "feraient tout leur possible pour protéger les intérêts de leurs entreprises" face aux pressions et aux mesures unilatérales de Washington.


fr.Palestina Libération - Journal d' actualité sur la Palestine et Moyen-Orient - Quotidien édition ISSN 2591-6033 Global Intellectual Property Registry Nº: 1 607138 370884. All Rights Reserved. fr.palestinaliberation.com │
Share on Google Plus

About Editor

Envoyez votre email et recevez les news tous les jours du journal Palestine Libération:

FeedBurner