Paris: Grève ferroviaire en France

fr.Palestina Libération│PARIS.- Plus de 35 pour cent des travailleurs ont rejoint la grève du syndicat pour exiger la revendication de leurs droits avant les mesures du gouvernement.

La Compagnie Nationale des Chemins de fer (SNF) de France a commencé le 3 avril un arrêt des activités dans la fourniture de service de train à travers le pays pendant 36 jours, comme une mesure de protestation contre les réformes du travail pour le secteur, annoncé par le président Enmanuel Macron.

Le système, qui dessert 4,5 millions de personnes, sera paralysé deux jours par semaine jusqu'en juin, ce qui en fait l'une des plus grandes grèves du pays depuis 1995, en raison de la décision du gouvernement français de privatiser le système et d'appliquer le système. changement de statut de travail de ses travailleurs.

Pourquoi les cheminots protestent?

- Coupes du budget affecté.

- Modification du décret sur le travail dans le cadre des droits de sécurité sociale.

- Réduction du système de retraite, l'une des prestations de retraite les plus optimales en France.

- Élimination des primes et autres avantages sociaux.

- Privatisation du système de train national.

Face à la transformation de la législation nationale du travail, les conducteurs, agents, contrôleurs et plus de 35% des travailleurs se sont joints pour réclamer la revendication de leurs droits et réitèrent qu'ils prolongeront le chômage jusqu'en juin s'il n'y a pas de consensus sur la réforme proposée par Macron.

Que soutient le gouvernement français?

Le président Macron maintient la transformation proposée de la compagnie ferroviaire publique, en vertu du principe de la modernisation du secteur et de réduire le temps passé par le gouvernement au service de réduire la dette de 46.000 millions d'euros, la société budgétaire cumulé.

La privatisation fait également partie des accords avec l'Union européenne à intégrer les investisseurs du secteur privé au système, ce qui entraînera l'augmentation du taux des trains.

Malgré les protestations du syndicat, le gouvernement n'a demandé d'utiliser les citoyens des moyens de transport alternatifs tels que les autobus, les taxis ou voiturette électrique, pour éviter l'effondrement du système, qui a perdu environ 100 millions d'euros par la mesure.

Pour sa part, le syndicat de la SNCF vise à réformer « détruire service public ferroviaire pur dogmatisme idéologique » et faire en sorte que la dette ne résoudra pas ou améliorer le service, selon un communiqué publié le 3 Avril


fr.Palestina Libération - Toute l'actualité et l'analyse sur le Moyen-Orient et le monde - Journal Quotidien édition ISSN 2591-6033 Global Intellectual Property Registry Nº: 1 607138 370884. All Rights Reserved. fr.palestinaliberation.com │
Share on Google Plus

About Editor

Envoyez votre email et recevez les news tous les jours du journal fr.Al-Qods Libération:

FeedBurner