Le Centre de information sur la Résistance en Palestine (CIREPAL)

fr.Palestina Libération│Par Le Centre d'information sur la Résistance en Palestine (CIREPAL)-
27.03.2018 – « Ils ont réussi à ôter les drapeaux palestiniens par la force, car ils sont une force d'occupation dans al-Quds, mais ils n'ont pas pu ni ne pourront arracher notre appartenance palestinienne dans nos cœurs et notre conscience. Nous sommes Palestiniens, et cela demeurera que nous levions le drapeau palestinien ou qu'on nous en empêche, notre appartenance est à notre terre, à notre peuple et à sa juste cause. »

Par ces termes, Monseigneur Atallah Hanna a dénoncé l'interdiction par l'occupant de lever le drapeau palestinien au cours de la procession religieuse qui a eu lieu dans al-Quds, dimanche dernier.
D'un côté les sionistes, de l'autre l'Union européenne, dont une délégation a réclamé de supprimer les slogans et la carte de la Palestine dans le camp de Beddawi, sinon elle annulerait sa visite à l'UNRWA.
De quoi ont-ils peur ? Les uns et les autres ? Au moment où les réfugiés préparent la marche du retour du 30 mars.
---------------------------------------
26.03.2018 - Le conseil des Ulémas et des prédicateurs d’al-Quds renouvelle dans un communiqué publié le 25/3/2018 sa condamnation de la normalisation avec l’occupant sioniste et décrit les normalisateurs comme des individus sortis des rangs des musulmans et arabes, et soumis à l’occupant. Le conseil considère que la normalisation actuelle avec l’occupant se déroule sous le prétexte fallacieux que la normalisation sera bénéfique à la cause palestinienne. En vue d’éclaircir la situation, le conseil affirme que « la Palestine a, tout au long de son histoire, rejeté les envahisseurs, tout comme le corps sain rejette la maladie, » et que la solution se trouve dans le départ de l’occupation.
Le conseil des ulémas et des prédicateurs d’al-Quds, présidé par sheikh Ikrima Sabri, affirme que « tout individu ou délégation qui normalise avec l’occupant est, sur le plan légal, dans le péché. » Il met en garde les médias qui font la propagande favorable à la normalisation rappelant que « la mosquée al-Aqsa, al-Quds et le peuple palestinien souffrent de l’oppression et de la violence exercées par l’occupant » et que les fatwas légales ont condamné toute normalisation, et quiconque dit autre chose sans preuve ne fait que suivre « ses passions et l’humiliation. »


------------------------------------------
25.03.2018 - Le prisonnier libéré Tareq Ezzedine interdit de soins en Egypte ? Le résistant Tareq Ezzedine a participé à la défense du camp de Jénine en 2002 dans les rangs de Saraya al-Quds. Il fut poursuivi par les forces d'occupation qui l'ont arrêté quelques années plus tard. Libéré en 2011 dans le cadre de l'échange des prisonniers, il fut banni vers la bande de Gaza, l'occupant refusant son retour à Jénine. Depuis sa libération, Tareq Ezzedine a poursuivi son combat contre l'occupation en assumant la responsabilité de soutien aux prisonniers et à leurs familles. Eloigné de sa propre famille, il a pris la direction de la radio sawt al-Asra (la voix des prisonniers), pour transmettre la voix des prisonniers et leur lutte au monde entier. Depuis deux ans, Tareq Ezzedine souffre de cancer, suite aux pratiques de la négligence médicale dans les prisons de l'occupation. Il ne peut être soigné dans la bande de Gaza. Sa famille, ses amis et frères réclament qu'il soit soigné en Egypte. Avec l'ouverture de la voie de Rafah ces deux derniers jours, l'espoir qu'il fasse partie du convoi des voyageurs avait repris. Mais les autorités égyptiennes l'ont renvoyé à Gaza. Pourquoi Tareq Ezzedine est-il puni ? Les pressions sionistes sur l'Egypte ? Parce qu'il représente le Palestinien qui ne courbe pas l'échine et qui reste déterminé à se battre pour la liberté ?


--------------------------------------------------
24.03.2018 - Plusieurs prisonniers palestiniens détenus dans les prisons de l'occupation sioniste mènent la grève de la faim : le prisonnier Omar Keswani, enlevé par un commando sioniste à l'intérieur de l'université de Bir Zeit a entamé la grève de la faim il y a 6 jours, en protestation contre les séances d'interrogatoire « musclées » dans la prison de Moskobiyya. Le prisonnier Ameer As'ad mène la grève de la faim depuis 38 jours en protestation contre les mauvais traitements. Le prisonnier Mus'ab Hindi mène la grève de la faim contre la détention administrative depuis 11 jours.
Par ailleurs, les détenus administratifs poursuivent la grève des tribunaux sionistes depuis 38 jours.
Le prisonnier détenu dans les prisons de l'Autorité palestinienne, Nazir Nassar, cadre du mouvement du Jihad islamique en Palestine, mène la grève de la faim pour réclamer sa libération, depuis 5 jours.


fr.Palestina Libération - Journal d' actualité sur la Palestine et Moyen-Orient - Quotidien édition ISSN 2591-6033 Global Intellectual Property Registry Nº: 1 607138 370884. All Rights Reserved. fr.palestinaliberation.com │
Share on Google Plus

About Editor

Envoyez votre email et recevez les news tous les jours du journal Palestine Libération:

FeedBurner